Le circuit qualificatif pour la Longines finale Coupe du Monde qui se déroulera du 11 au 15 avril 2018 à Paris Bercy vient de s’achever. À l’issue de cette période, un classement a pu départager les dix-huit meilleurs cavaliers de la ligue d’Europe de l’ouest, qui prendront logiquement part à cette finale. Nous avons la chance d’être la nation avec le plus de cavaliers qualifiés. Effectivement trois cavaliers seront normalement du rendez-vous à domicile : Kévin STAUT (deuxième du classement général), Roger-Yves BOST et Simon DELESTRE.

C’est pour ce sujet, en partie, que nous sommes partis à la rencontre du champion Olympique Roger-Yves BOST.

roger-yves bost
© Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE

Vous êtes officiellement qualifié pour la finale Coupe du Monde de Bercy. C’est un soulagement et une grande fierté pour vous, cavalier français ?

Publicité

« Oui, c’est enfin officiel ! Je suis déjà qualifié depuis janvier, donc je le savais et j’étais serein mais maintenant, c’est fait officiellement. Nous sommes du coup trois français à courir à Bercy. Ça fait plaisir et nous sommes tous ultra motivés de prendre part à une finale à domicile ! »

Comment l’abordez-vous ?

« C’est un événement important dans la saison. C’est quand même le championnat indoor de l’année. Bercy, je l’ai déjà couru de nombreuses fois, ça me tenait donc vraiment à cœur de me qualifier cette année. Même s’il y a les championnats du Monde de Tryon à la fin de l’année, cette finale à Bercy est abordée d’une manière aussi importante pour toute mon équipe.

J’avais mes deux juments, Sydney Une Prince*Treize et Sangria du Coty, qui étaient en forme donc le circuit Coupe du Monde était un vrai objectif dès le départ. J’ai tout fait pour bien me qualifier. Ce n’est pas toujours facile de s’y qualifier, c’est un circuit qui est quand même d’un vrai niveau, on est de plus en plus à le faire et on est que dix-huit qualifiés à chaque fois… Une finale comme Bercy va être grosse et c’est très bien, c’est quand même un championnat ! »

Courir devant le public français est toujours une motivation supplémentaire ?

« Bien-sûr que oui (rires) ! Le public français nous porte vraiment et on est encore plus stimulés pour la performance ! J’ai gagné le Grand Prix Coupe du Monde de Bercy en 1995 avec Souviens-Toi III, mon meilleur souvenir là-bas. Je connais du coup la piste, je l’ai même montée quand j’étais jeune militaire à de nombreuses reprises. »

Comment préparez-vous vos chevaux avec Bercy et Tryon qui arrivent ?

« Je ne sais pas encore si je monte Sydney ou Sangria à la finale, nous n’avons pas encore décidé… Je déciderai dans une semaine après le Saut Hermès je pense. Le dernier concours pour la sélection, ça va vraiment être le Grand Palais à Paris la semaine prochaine, on verra qui est le plus en forme. »

roger-yves bost sangria du coty
© Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE

Cette finale coupe du Monde peut-elle être un support pour Tryon ?

« Même si c’est un endroit où nous avons envie de performer, de satisfaire les espoirs de médailles, il va y avoir une grosse concurrence américaine et la bataille va être difficile. L’objectif vraiment majeur reste bien-sûr les mondiaux à Tryon mais je pense que Bercy se courra comme un vrai championnat, on ne peut donc pas spécialement parler de préparation pour la suite de la saison. On va tout donner !

C’est vraiment du gros niveau donc techniquement ça va quand même préparer pour la saison extérieure. On laisse un peu de repos aux chevaux après la finale en général, on verra ensuite comment ils reviennent et commencer adapter le programme pour Tryon. »

Victoire française alors cette année !

« Déjà, on est trois français donc de ce côté ça va être super sympa. En plus, en parallèle de la finale, Sylvie ROBERT propose un CSI 3* qui va aussi très bien se disputer. Il faut ramener du public à Bercy surtout c’est important, on compte sur vous ! »

Propos recueillis par Johan FLEURIET.