Cavalier que l’on a longtemps connu sous les couleurs colombiennes, Daniel BLUMAN court désormais pour Israël et fait beaucoup parler de lui cette année. Vainqueur des Grands Prix de Wellington et de Rome avec Ladriano Z, il était également le seul cavalier à réaliser deux parcours sans toucher de barre lors de la Coupe des nations de Moscou, où Israël a d’ailleurs décroché son billet pour les Jeux Olympiques. Rencontre avec cet acharné de travail !

Félicitations pour votre qualification par équipe aux Jeux Olympiques !

« Merci, cela fait déjà quelques années que nous travaillons afin de former la meilleure équipe possible pour se qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo. On a un groupe de très bons cavaliers et chevaux. Jusqu’à présent, tout le monde a fait un super travail et on reçoit beaucoup de soutien. Nos chef d’équipe et entraîneur sont géniaux et les choses vont bien pour le moment même s’il faut constamment travailler. C’est d’ailleurs un honneur de collaborer avec Jeroen DUBBELDAM, un Homme de cheval comme lui… Il est un grand champion et une personne extraordinaire. C’est un privilège de l’avoir comme collègue.

Publicité

Nous avons eu la chance que tout se passe bien lors de la dernière compétition qualificative à Moscou. La compétition était rude car les Polonais ont fait une performance incroyable, il a vraiment fallu attendre jusqu’au dernier passage pour savoir qui allait gagner. C’était un moment très émouvant pour nous parce que c’est la première fois qu’Israël qualifie non seulement une équipe en équitation pour les Jeux Olympiques, mais aussi se qualifie tout court. En effet, notre pays ne s’était jamais qualifié du tout auparavant dans les sports équestres. On a tous hâte d’y être. »

Il semble cependant que vous connaissiez déjà vos coéquipiers avant de former une équipe ?

« Oui en effet, nous nous connaissons déjà depuis des années, nous sommes tous amis. Nous avons aussi comme point commun nos origines juives, et nous avons donc aussi pu créer des liens grâce à cela. Je connais donc très bien Dani (Danielle G. WALDMAN), Alberto MICHAN qui concourait avant pour le Mexique et qui est un bon ami à moi depuis de nombreuses années, Ashlee BOND… Au final je connaissais tout le monde avant que l’on ait l’opportunité de former une équipe. J’ai aussi eu l’opportunité de rencontrer de nouveaux cavaliers israéliens que je ne connaissais pas, comme Robin et Tressy MUHR. »

Comment abordez-vous les Championnats d’Europe,  la qualification olympique étant acquise ?

« Nous irons à Rotterdam en août et nous avons une bonne équipe mais nous sommes réalistes : nous savons que les Championnats d’Europe seront assez difficiles car cette équipe est très jeune. On a tout de même de bons couples qui feront certainement de bonnes performances individuelles. Nous ferons de notre mieux, la compétition n’est pas loin de nos écuries donc c’est une bonne occasion pour voir où nous en sommes. »

Vous couriez avant pour la Colombie, pourquoi avez-vous changé de nationalité ?

« J’ai changé de nationalité après les Jeux Olympiques de Rio. J’avais fait de bonnes choses avec la Colombie et j’avais commencé à parler de ce possible changement à des amis israéliens. J’avais déjà participé deux fois aux Jeux avec la Colombie, ainsi qu’à de nombreuses épreuves par équipe et j’avais bien évolué à haut niveau, je ressentais simplement que c’était le bon moment pour passer sous les couleurs israéliennes. C’était un projet qui représentait beaucoup pour moi car Israël a une place particulière dans mon cœur, donc j’étais très motivé. »

Votre cheval de tête aujourd’hui est sans aucun doute Ladriano Z, parlez-nous de lui.

« Ladriano est sans aucun doute l’un des meilleurs chevaux du monde, il est fantastique ! Il est très en forme : nous avons gagné à Rome, Wellington, et il s’est même classé dans tous les Grands Prix qu’il a sautés cette année. C’est une grande chance de l’avoir, il est avec nous depuis qu’il a six ans et c’est vraiment un cheval important pour moi. De bonnes choses sont à venir pour lui dans le futur. »

Sancha LS vous est aussi très fidèle.

« Sancha est avec moi depuis neuf ou dix ans. Nous avons fait les Jeux Olympiques de Londres ensemble, les Jeux Équestres Mondiaux, deux Jeux Panaméricains… C’est une jument d’une vie entière, elle a tellement donné pour moi et fait vraiment partie de la famille. Elle approche de la fin de sa carrière mais elle gagne encore et prend du plaisir sur les épreuves. Elle représente tout pour moi. »

Vous êtes aussi très impliqué dans le monde caritatif.

« Oui, j’aime beaucoup participer à tout ce qui est caritatif, j’essaie de rendre et donner le plus possible là où je le peux. J’essaie d’aider ceux qui sont dans le besoin quand c’est possible. J’ai d’ailleurs participé à Ride The Future Mentoship Program qui permet à de jeunes cavaliers d’être associés avec des professionnels afin qu’ils puissent bénéficier de leurs conseils et de leur expérience. J’ai eu la chance que des cavaliers me donnent cette opportunité d’apprendre à leurs côtés quand j’étais jeune, et sans eux j’aurais été incapable d’arriver là où j’en suis aujourd’hui, donc je pense que c’est important que je puisse faire en sorte que d’autres personnes bénéficient de cela. »

Propos recueillis par Marie-Juliette MICHEL. Photo à la Une : © Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE