Le meeting de printemps, organisé par l’AEC, mêle sport et élevage. L’événement est délimité avec un concours amateur-pro le premier et le second week-end. Entre deux, concours d’élevage et SHF sont au programme, retour donc sur ce bel événement normand ! 

Bis repetita pour Julien EPAILLARD

Le premier week-end dans le Grand Prix Pro 1 Saint-Lô Agglo, quarante-huit couples ont pris le départ de l’épreuve à barrage à 1.45m. Le parcours sélectif à sa juste mesure aura laissé six couples accéder au barrage. Thomas ROUSSEAU sera le plus rapide des doubles sans-faute avec Udson de Jauzif en 46″91. Plus loin derrière, Yannick LE CRAVER, lui aussi double zéro avec Trompette de Nuit, boucle un barrage en 50″84 le classant deuxième. Le cavalier normand supersonique à travers le monde, Julien EPAILLARD, laisse quant à lui une barre à terre au barrage malgré son chronomètre de 44″27 avec Safari d’Auge. Au pied du podium, Gerald BRAULT et Brazil 4 devancent Romain BOURDONCLE et le fils issu du croisement de Rock’n Roll Semilly et de l’excellente Rubelia : Black’n Roll. Le cavalier du Haras d’Elle, Hubert PIGNOLET, aura connu un barrage malheureux, pénalisé de douze points avec Nilane d’Elle Z, le classant sixième.

Résultats complets

Le second week-end, qui a profité du lundi de Pâques, a logiquement débuté le samedi. Cinquante-trois couples ont pris le départ du Grand Prix Pro 1 à 1.45m, beaucoup de couples sont revenus après avoir déjà pris part à cette même épreuve le week-end dernier. Ce fut notamment le cas de Thomas ROUSSEAU et Udson de Jauzif, victorieux le premier week-end, qui préférent abandonner ce lundi. Julien EPAILLARD, lui aussi présent le week-end dernier s’est élancé pour prendre sa revanche et pourquoi pas, gagner une nouvelle fois ce Grand Prix déjà remporté en 2018 ! Douze couples sont parvenus à tirer leur épingle du jeu et à se qualifier pour le barrage, dont… Julien EPAILLARD ! Cavalier redouté des épreuves de vitesse, le Normand n’a pas trompé à sa réputation en s’imposant avec Quincy Lady en 37″73. L’ancien cavalier de l’équipe de France, Bernard BRIAND CHEVALIER se classe deuxième avec Uneven Sunheup. Pierre-Marie FRIANT, parti en ouvreur sur ce barrage, est quant à lui troisième aux rênes d’Urdy d’Astree.

Résultats complets


Côté élevage, de nouveaux étalons arrivent

Une première journée destinée à la sélection des reproducteurs

Le premier jour étaient attendus les mâles Selle-Français de deux et trois ans pour un entraînement en vue des concours étalons, et les pouliches Selle-Français de deux ans. Chez les mâles les plus jeunes, de nouveaux pères se sont affirmés comme bons reproducteurs, puisque Histrion des Ibis (Topinambour x Nartago) l’emporte en étant le seul à dépasser les 16 de moyenne générale ; devançant ainsi H’Inextenso des Lines (Lamm de Fetan x New York) qui signe la meilleure performance au saut en liberté avec un 17,5. Sur la troisième marche du podium, on trouve tout de même un fils du célébrissime Diamant de Semilly, Hermes d’Isigny. Issu d’une fille de Qredo de Paulstra, il empêche Marie Christine DJINDIJAN de placer un deuxième de ses produits sur le podium, puisque Helium des Ibis (Vigo Cece x Narcos II) est quatrième.

Du côté des poulains de trois ans, tous ceux présents sur le podium ont obtenu une moyenne supérieure à 16. Les deux premiers d’entre eux sont issus d’étalons étrangers, puisqu’il s’agit de Grade Va (Canturo x Diamant de Semilly), qui était également le meilleur au saut en liberté avec un 17 ; et Galant de la Cour (Tornesch x Helios de la Cour II), issu du célèbre élevage de la famille COUETIL. Avec ses 16,18 au général, Gothia du Coq (Kapitol d’Argonne x Nassau) prend la troisième place.

Les pouliches de deux ans étaient également de la partie, mais d’une manière plus officielle puisque ce concours local était qualificatif pour le régional, ce dernier permettant aux meilleurs femelles de décrocher un sésame pour les Championnats de France. Sur trente-quatre au départ, neuf pouliches ont passé la barre des 16 de moyenne, et parmi elles deux sont issues de Candy de Nantuel (Luidam x Diamant de Semilly), et deux autres de Vleut (Quick Star x Cantus) ; deux étalons encore jeunes dans la reproduction. Happy de L’Aumone (Candy de Nantuel x Timorrak des Isles) remporte ce concours local devant Harnica du Luot (Vleut x Air Jordan) et Hannah d’Azur, elle aussi fille d’un jeune étalon, Chance de Hus.

Une deuxième journée pour la sélection sportive

Le deuxième jour de ce concours d’élevage était destiné au concours dit des « trois ans sport », c’est-à-dire des hongres et femelles Selle-Français de trois ans destinés en premier lieu à la compétition. Dans ce concours, les chevaux présentés sont séparés selon leur taille en quatre catégories.

Dans la section des concurrents de 1.61m et moins, le podium était trusté par les femelles. Goldika d’Aradenn (Catapult du Ventel x I Love You) l’emportait avec notamment un 18 au saut tandis que Gazelle Duverie (Kannan x Persan II) était seconde. Guevarra du K, issue du jeune Balko d’Elle et d’une fille d’Elixir de Madame, est la dernière à monter sur le podium.

Concernant les chevaux de 1,62m à 1,64m, c’est un fils du nouveau crack de Kévin STAUT, Viking D’La Rousserie, qui s’impose. Gange du Jubo, dont la mère est par Allegretto, l’emporte sur Gaele Manciaise (L’Amour du Bois x Zandoz Z), née chez Denis HUBERT à Saint Lô. Galaxie du Rozel (Mylord Carthago x Le Tot de Semilly), est issue quant à elle du célèbre élevage de la famille BLIN-LEBRETON, et prend la troisième place.

Parmi les concurrents de 1,65m à 1,67m, Galaxie du Marais (Kannan x Lamm de Fetan) sort gagnante, avec une moyenne de 17,59. Goliva du Herrin (Atlantys by Wisbecq x Quaprice Boimargot) est troisième. Il est devancé par Gigi des Rondets (Orlando x Arko), issu de l’élevage franc-comtois de Mr Jean-Paul PRITZY

Enfin, les chevaux de 1.68m et plus concourraient ensemble. Dans cette catégorie, ce sont des descendants d’étalons confirmés qui se sont faits remarquer, la vainqueur étant Gerbera du Marais, issue du croisement de Diamant de Semilly et d’une fille de Kannan. Derrière, la descendante de Contendro nommée Galilée d’Agneaux a séduit au saut avec un 17,5 mais ne prend que la deuxième place du classement général. Un hongre complète le podium. Il s’agit de Gaelic de Liffy (Canturo x Narcos II).