Son nom ne passe pas inaperçu ! Le cavalier italien et fils du Champion olympique Arnaldo Bologni, Filippo Marco, revient sur cette dernière décennie. Le chemin qu’il a tracé ces dix dernières années est épatant, lui qui a tout juste vingt-cinq ans.

Ma dernière décennie…

2010 : « J’avais remporté deux fois le championnat national avec deux poneys français, Dexter Leam Pondi et Dim du Mirail. Mais 2010, j’ai intégré la cour des grands puisque j’ai été sacré champion d’Italie Juniors à cheval. »

Publicité

2011 : « Pardonnez-moi, je ne me souviens pas d’un événement marquant cette année-ci mais… j’ai probablement gagné une Coupe des nations Juniors (rires) ! »

2012 : « Une année fantastique ! Mon plus beau souvenir est le CSIO 5* de Rome Piazza Di Siena, qui a été mon premier concours 5*. À seulement dix-huit ans, j’y ai même gagné une épreuve ! Lever la coupe à Rome est incroyable, c’est non seulement mon meilleur souvenir de 2012 mais également l’un des meilleurs moments de ma vie ! J’ai aussi été sans faute dans l’épreuve à 1.55m du samedi, le Grand Prix de la ville ! »

2013 : « Les portes des compétitions Coupes du monde se sont ouvertes à moi puisque j’ai pu participer à l’étape indoor de Vérone ! »

2014 : « Pour la première fois de ma vie, je me suis classée dans un Grand Prix Coupe du monde de l’Europe de l’Est ! C’était à Celje, en Slovenie. J’étais très content parce que les obstacles étaient vraiment gros et mon cheval Fixdesign Chopin avait très bien sauté ! »

2015 : « Jamais deux sans trois ? En 2015, j’ai remporté pour la troisième année consécutive le championnat italien en Jeunes cavaliers avec le même cheval : Fixdesign Chopin. Ce cheval a toujours tout donné pour moi, c’est vraiment mon cheval de cœur. »

2016 : « Le joueur de football et propriétaire de chevaux Salvatore BAGNI m’avait déjà confié depuis plusieurs années Sedik Milano Quidich de la Chavee mais je ne trouvais pas tous les boutons avec lui. Alors, mon père l’a sorti quelques temps en compétitions. En 2016, j’ai décidé de nous redonner une chance et un vrai feeling s’est développé entre nous. Ça a vraiment été l’une des meilleures décisions puisqu’aujourd’hui, on a beaucoup de victoires ensemble. C’est un de mes chevaux de tête. »

2017 : « Cette année-ci a été synonyme de fin de carrière internationale pour mon cheval Fixdesign Chopin suite à une blessure. Nous l’avions acheté à ses quatre ans, il en a aujourd’hui seize. Il a grandi avec nous. Si je devais lui dire quelque chose, ce serait « Merci pour tout. Tu es le cheval qui m’a aidé à atteindre le niveau sportif que j’ai maintenant ». Dans la foulée, je me suis fait un tatouage au poignet avec son nom. »

filippo bologni
Fixdesign Chopin, le cheval qui marqué la carrière de l’Italien, pour toujours à ses côtés © Filippo BOLOGNI

2018 : « J’ai participé pour la première fois aux Jeux Méditerranéens à Barcelone. J’ai été médaille de bronze aux côtés de Giampiero GAROFALO, Matteo LEONARDI et Franscesca ARIOLDI. Quelle expérience ! »

2019 : « Cette année, je suis devenu très proche d’Emanuele GAUDIANO même si je le connais depuis mon plus jeune âge. Il est maintenant un très bon ami et est de très bons conseils sur les parcours. Lorsque mon père n’est pas là pour m’épauler, Emanuele GAUDIANO fait avec moi les reconnaissances. C’est aussi grâce à lui que je dois mes classements comme celui dans la Coupe du monde de Vérone où je suis huitième avec Sedik Milano Quilazio ainsi que mon classement dans le classement de décembre qui n’est que très bon à mon âge : cent-septième. »

En route pour 2020 : « J’ai de bonnes ondes pour l’avenir de mes chevaux et le mien. Je ne veux que m’améliorer et gagner davantage de concours 5* avec mes chevaux. Je les aime tant ! »

La dernière décennie de Thierry POMEL
La dernière décennie de Grégory WATHELET
La dernière décennie de Kévin STAUT
La dernière décennie de Thierry ROZIER

Propos recueillis par Léa TCHILINGUIRIAN. Photo à la Une : © Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE