Ian MILLAR se retire de la scène internationale

Dix participations aux Jeux Olympiques dont une médaille d’argent par équipe en 2008, sept aux championnats mondiaux avec une victoire par équipe en 1980, neuf Jeux Panaméricains avec pas moins de huit médailles en individuel et en équipe dont deux titres solos. La carrière de celui que l’on surnomme Captain Canada ne s’arrête pas ici puisqu’il compte également à son palmarès quatorze finales Coupe du monde, trois podiums mais surtout l’inscription de son nom dans l’histoire en devenant le premier cavalier à s’imposer deux années de suite avec le même cheval : en 1988 et 1989 avec Big Ben.

A soixante-douze ans et avec près de quatre décennies au plus haut niveau, Ian MILLAR, pilier de l’équipe canadienne ne foulera plus les pistes internationales, comme cela a été annoncé sur ses réseaux sociaux. Sa dernière sortie remonte à novembre dernier lors de l’étape Coupe du monde de Toronto. A soixante-sept ans, la légende canadienne s’imposait à domicile à Calgary, remportant le mythique Grand Prix du Rolex Grand Slam en 2014, barrant contre la jeune Reed KESSLER (vidéo). Performant et loyal à son équipe jusqu’à ses derniers moments sportifs, Ian MILLAR permettait d’ailleurs au Canada de prendre la deuxième place de la Coupe des nations de Spruce Meadows.

Le nom MILLAR ne disparaîtra cependant pas des terrains de compétition, sa fille Amy s’illustrant elle aussi de façon bien brillante. Elle faisait d’ailleurs partie de l’équipe canadienne lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016 qui terminait à la quatrième place.


Le monde de l’équitation rend hommage à Ian MILLAR

Véritable légende canadienne, la retraite internationale d’Ian MILLAR a marqué le monde équestre puisque nombreux de ses acteurs se sont exprimés pour le remercier pour tout ce qu’il a fait pendant sa carrière.

Rodrigo PESSOA : « Après plus de quatre décennies au top du sport et avec l’équipe canadienne ??, l’une des icônes du saut d’obstacles raccroche ses bottes. Il n’y a jamais eu meilleur exemple de rythme, équilibre et fluidité de la part d’un cavalier que Captain Canada lui-même, profite de ta retraite et merci ! ?? ?????? #10olympics #legend #CaptainCanada »

Tiffany FOSTER : « Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! Tu es une légende et une inspiration pour nous tous. Tant d’équipes ensemble et tant de superbes moments ! Ta carrière a été faites de tellement d’incroyables moments et je suis honorée d’avoir fait partie d’un petit nombre d’entre eux. Je te souhaite le meilleur pour ta retraite !!! L’équipe du Canada ne sera jamais la même ?????? »

Keean WHITE : « IMPACT ! Quand je repense à l’incroyable carrière de Ian MILLAR, je ne peux pas m’empêcher de penser à toutes les fois où il a eu un impact sur ce sport et ma vie entière. Au cours des deux dernières décennies, Ian a impacté ma façon de m’entraîner, de concourir et ma volonté et motivation pour progresser. La chasse constante de grandeur est la chose que je continuerai à poursuivre pour le restant de la carrière. Une victoire représentait toujours plus quand Ian était dans l’épreuve, et une défaite était toujours une leçon d’équitation dont trop de jeunes cavaliers n’ont pu tirer profit.

Cependant, l’impact d’Ian sur ma vie et notre sport est plus profond. En 2011, j’ai dit à Ian que j’organisais un concours et lui ai demandé de venir. Non seulement il est venu, mais il est ensuite revenu les huit années suivantes, interagissant avec le public, et rendant le Super Saturday à Anglestone spécial et unique. Anglestone est devenu ce qu’il est aujourd’hui grâce à Ian.

Même si essayer de le battre me manquera, j’ai hâte à ce qu’il y ait d’autres superbes soirées au Cloud 9, appréciant un athlète génial et un ami génial. Ian, monter avec toi pour le Canada ?? me manquera, t’avoir en tant que pilier a toujours donné une grande confiance à toute l’équipe ! Concourir avec toi semaine après semaine me manquera, et ton IMPACT SUR NOTRE SPORT ne sera jamais répliqué, mais donnera à chaque jeune cavalier de ce pays, quelque chose à viser. Tu es le GOAT (le plus grand sportif de tous les temps, ndlr), un vrai technicien, un maître lorsqu’il faut être prêt et concentré, et une idole dans nos yeux à tous. Je suis très excité de présenter le premier Ian Millar Legacy Grand Prix annuel en août cette année, pour t’honorer toi et ton incroyable carrière ! Meilleurs voeux pour les futures étapes de ta vie ! »


Puertas Paraíso s’en est allé

Le hongre bai fils de Quidam de Revel s’est éteint hier à l’âge de vingt-deux ans, comme l’a annoncé son ancien complice Daniel BLUMAN. A la retraite depuis plusieurs années, Puertas Paraíso avait permis au cavalier, courant pour la Colombie à l’époque, de participer à ses tous premiers Jeux Equestres Mondiaux en 2010, où le couple concourait en individuel. Le désormais naturalisé israélien s’est exprimé sur Instagram : « Paraíso s’est éteint en paix ce matin au Kentucky où il profitait de sa retraite depuis les sept dernières années. Il a rendu mon rêve de sauter un Championnat du monde une réalité en 2010″.


Colorit Z se consacre à le reproduction

Atypique par sa robe, Colorit Z marquait également les esprits par ses résultats. Cependant, désormais âgé de seize ans il est l’heure pour le fils de Coriano de se réserver à sa carrière d’étalon au sein du Haras Zangersheide. Découvert par David WILL, le gris venait compléter les écuries de Christian AHLMANN en 2015. Malgré le talent de ce dernier, les performances notables de Colorit Z sont à mettre à l’actif de David WILL. En effet, en 2013 le couple remportait le Grand Prix Coupe du Monde de ‘s-Hertogenbosch, un an après le Grand Prix du CSI 4* de Munich. Avec son second cavalier, Colorit Z s’imposait également dans plusieurs épreuves comme lors des German Master de 2015 organisés durant le CSI-W 5* de Stuttgart.


Arsouille du Seigneur pour les États-Unis

Comme l’annonce Studforlife, Arsouille du Seigneur, monture de Robert BREUL, vient d’être vendu à l’Allemande Helena STORMANNS. Cette dernière confiait le fils de Schilling à l’Américaine Giovanna RINALDI. Le duo semble s’être bien trouvé car pour leur premier concours ensemble, lors du CSI 2* d’Eschweiler, ils ne touchaient pas la moindre barre en cinq parcours avec une seconde place dans le Grand Prix.

Pour rappel, Arsouille du Seigneur a évolué durant l’intégralité de sa carrière en France avec Robert BREUL et également quelques semaines avec Patrice DELAVEAU. Le premier l’emmenait jusqu’aux CSI 5* avec une huitième place dans le Grand Prix du CSI 5* de Chantilly en 2016.

Crédit Photo à la Une : © Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE