Nous vous avions précédemment fait découvrir les opinions de Danielle GOLDSTEIN et Emily MOFFITT au sujet de la place de la femme dans les sports équestres, et notamment le saut d’obstacles. L’égalité entre hommes et femmes étant un sujet brûlant qui continue à faire débat, Julia DALLAMANO et Karen POLLE ont à leur tour donné leur avis !

Quelle est selon vous la place des femmes dans les sports équestres ?

Julia DALLAMANO : « Cela fait évidemment plaisir de faire partie du seul sport où hommes et femmes s’affrontent les uns contre les autres. Je trouve que cela montre vraiment qu’il existe une véritable égalité des sexes. Je n’ai personnellement pas de satisfaction particulière à faire de meilleurs résultats qu’un homme : être en concurrence avec eux est devenu quelque chose de normal et de ce fait, je ne pense pas au fait que je sois contre un homme.

Publicité

L’équitation est un sport qui donne lieu à un métier assez physique et éprouvant pour l’organisme, et je pense que cela pourrait expliquer pourquoi il y a moins de femmes que d’hommes à haut niveau. Je pense que l’idée qu’hommes et femmes montent différemment vient du fait que physiquement, physiologiquement, le manque de force d’une l’obligera à monter de façon plus instinctive et de composer avec les chevaux plutôt que de les obliger.

De mon côté, je n’ai pas eu personnellement l’impression d’avoir dû faire face à davantage de difficultés dans ma carrière sportive parce que je suis une femme, par rapport à un homme. Je pense, au contraire, que ça a été un atout d’être de sexe féminin. D’un autre côté, il n’y a pas de doute qu’allier vie professionnelle à vie personnelle engendrera des défis pour une cavalière et c’est bien sûr le cas pour tous les sports de manière générale ! Malgré tout, la particularité des sports équestres fait qu’une cavalière aura besoin d’être moins affutée physiquement que d’autres sportives, telles qu’une athlète ou une gymnaste par exemple. A mon avis c’est pour ça que les femmes peuvent revenir très vite au haut niveau et en compétition après leur grossesse.

Les propos affirmant que l’équitation est un « sport de filles » sont, à mon avis, des idées reçues. Évidemment, on ne peut pas nier que les animaux comme les chevaux attirent plus les petites filles que les petits garçons. Cependant ce n’est pas le cas une fois que les individus grandissent : une fois à l’âge adulte, les hommes respectent et aiment leurs chevaux autant que les femmes. Ceci dit, il faut tirer un grand coup de chapeau aux quatre femmes américaines (Lauren HOUGH, Lillie KEENAN, Laura KRAUT, Beezie MADDEN, ndlr), qui ont gagné la Coupe des Nations de Dublin en août dernier ! Elles sont toutes de grandes cavalières.

Nous sommes aujourd’hui dans une société qui se bat pour l’égalité entre les sexes et bien sûr que les sports équestres y participent, je trouve même qu’ils sont un bel exemple de cette égalité. Ce sport mériterait, rien que pour ça, plus de visibilité et de médiatisation. »

Julia DALLAMANO et Hoepala vh Daalhof lors du CSI 4* de Rouen 2017

Karen POLLE : « Pour être totalement honnête, je ne pense en fait pas énormément à la mixité des genres dans la mesure où cette mixité dans le sport n’est pas quelque chose qui a affecté ma carrière ou mes résultats. Je me concentre uniquement sur mon équitation de façon à monter le mieux possible et j’essaie de gagner. Je suis aussi satisfaite lorsque je fais mieux que des hommes que lorsque je bats d’autres femmes. Je pense que l’équitation est un sport pour tous, autant hommes que femmes !

J’ai été jusqu’à présent très chanceuse dans la vie parce que je ne pense jamais avoir dû affronter plus de défis parce que je suis une femme, que ce soit au niveau de ma carrière équestre où dans n’importe quel autre aspect de ma vie. Mes parents, les écoles où je suis allée, les entraîneurs que j’ai eus dans le sport m’ont toujours fait comprendre et ressentir que je pouvais faire tout ce que je souhaitais une fois que mon esprit se focalisait dessus. Je n’ai jamais vraiment songé au fait que si j’avais été un homme j’aurais pu avoir ceci ou fait cela plus facilement.

Je ne suis pas vraiment certaine de pourquoi moins de femmes concourent à haut niveau que les hommes. Je pense que la différence est plus prononcée en Europe qu’elle ne l’est aux États-Unis. A vrai dire, aux niveaux Jeunes Cavaliers et Juniors aux États-Unis, il n’y a pas de doute qu’il y a plus de jeunes femmes que de jeunes hommes. Je ne pense pas que la différence au niveau de la représentation féminine ou masculine soit liée à la capacité ou au talent, ou quoi que ce soit du genre.

Quant au fait qu’il y a proportionnellement l’impression de voir plus de femmes au haut niveau en dressage qu’en saut d’obstacles, je tiens à dire à ce sujet que même si je ne connais pas beaucoup de cavalières de dressage personnellement, je sais que je connais beaucoup de femmes qui préféreraient faire du saut d’obstacles que du dressage ! Je pense donc juste qu’il s’agit vraiment uniquement de l’individu : je ne pense pas qu’il serait correct de dire que les femmes, de façon générale, préfèrent le dressage. J’étais d’ailleurs présente lors de la victoire de l’équipe américaine totalement féminine à la Coupe des Nations de saut d’obstacles de Dublin et c’était super ! Elles ont toutes très bien monté et c’était très excitant à voir. Je pense que cela montre clairement que les femmes sont aussi capables que les hommes dans ce sport.

Cependant, la différence la plus importante que je remarque entre hommes et femmes est la force physique. Les hommes sont naturellement plus forts que les femmes : ils ont plus de masse musculaire et il est plus facile pour eux de prendre du muscle. C’est simplement un fait biologique. Une tendance générale que j’ai pu observer dans le sport est que les hommes ont plus de fixité dans la selle que les femmes, et il est peut-être plus facile pour eux de monter des chevaux particulièrement forts ou froids. Ce n’est qu’une tendance générale que j’ai observé pendant des années et il y a bien-sûr de nombreuses exceptions. De toute manière, en aucun cas être plus fort physiquement veut dire que vous êtes un meilleur cavalier ou que vous aurez plus de succès. Si c’était le cas, le cavalier le plus fort physiquement gagnerait tout le temps et ce n’est pas ce qui arrive.

Il est certain qu’il existe des défis auxquels les femmes devront faire face que les hommes n’affronteront jamais tels que la grossesse et devoir retrouver une certaine forme physique après avoir eu un enfant. J’admire vraiment les femmes qui arrivent à la fois à avoir une famille et concourir à haut niveau.

Si nous sommes maintenant dans une société se battant pour l’égalité de genre, je pense qu’il est certain que l’équitation est un très bon exemple montrant en quoi hommes et femmes peuvent s’affronter à niveau de jeu égal, et que ce soit un homme ou une femme, l’un ou l’autre peut gagner n’importe quel jour. »

Karen POLLE
Karen POLLE permet au Japon de briller au haut niveau © Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE

La première partie !

Propos recueillis par Marie-Juliette MICHEL.