Le KED’Jump, concours de saut d’obstacles organisé sur la plage par une équipe d’étudiants, étonne par son originalité et la vitesse de son développement. Nous sommes partis à leur rencontre pour comprendre leur fonctionnement et objectifs futurs.

 

Qu’est ce que le KED’Jump ?

Pauline, chef de projet : « Le KED’Jump est un concours de saut d’obstacles sur la plage se déroulant sur le week-end du 18 au 19 mai, à Mimizan, dans les Landes (40). C’est une compétition ouverte à tous les cavaliers club. A la tête de ce projet, douze étudiants de l’école de commerce Kedge Business School Bordeaux, tous passionnés d’équitation. Créé en 2015, le projet s’est fait sous une simple démonstration de horseball sur la plage, puis d’un CSO sur une journée, avant de se dérouler sur un week-end et aujourd’hui, quatre ans plus tard, c’est un concours officiel figurant sur le calendrier de la FFE. L’édition 2019 s’inscrit également dans la coupe des clubs by Horsewood du Jumping International de Bordeaux, en devenant une étape qualificative. Ce projet a véritablement pris de l’ampleur et devient le rendez-vous à ne pas manquer pour tous les cavaliers de la région. C’est l’occasion de partager un week-end unique, convivial et sportif dans un cadre idyllique. »

 

Pouvez-vous vous présentez ?

Pauline LAFOURCADE, chef de projet : « Je suis passionnée d’équitation depuis toujours, j’ai commencé à monter à cheval à l’âge de cinq ans. En grandissant j’ai découvert le concours complet qui a été une des mes disciplines favorites pendant quelques années, puis je me suis tournée vers le CSO en 2012, où j’ai participé aux championnats de France poney. L’équitation est pour moi une véritable école de la vie. Le projet KED’Jump a été pour moi une réelle opportunité pour allier passion et professionnalisme. »

Lauramaï MICHEL, responsable communication : « Avec mon équipe, nous sommes en charge de répondre aux messages que nous recevons sur la page, des relations avec la presse et de la création de contenu (visuels et vidéos) pour les réseaux sociaux de l’association. J’ai commencé l’équitation à l’école primaire mais contrairement à beaucoup de membres de l’équipe je n’ai pas fait de compétition plus jeune. KED’Jump m’a permis de me remettre à cheval et d’allier ma passion avec mon parcours professionnel. »

Hugo LESVEN, responsable démarchage : « Originaire de Bretagne, j’ai découvert l’équitation à l’âge de neuf ans, et y ai pris goût très rapidement. Au fur et à mesure des années, des après-midis, vacances aux clubs et des galops, j’ai débuté la compétition, avant de participer plusieurs saisons aux championnats de France poneys. Neuf ans plus tard, la majorité avait sonné, et donc la fin des épreuves poneys et le début des études supérieures. KED’Jump est pour moi une manière de conserver ce lien avec l’équitation et de m’investir dans un projet unique avec la plus belle des récompenses : le sourire et l’engouement des cavaliers à la sortie de leur tour. »

 

En quelques mots, qu’est-ce qui différencie votre événement des autres CSO ?

Pauline : « La particularité de notre concours est qu’il est ouvert aux cavaliers “Club” et qu’il se déroule sur la plage. Il s’agit pour nous d’offrir une réelle expérience au travers d’un concours unique, à des cavaliers “Club” qui n’ont pas souvent la possibilité de s’engager sur ce type de concours. Nous souhaitons aussi nous différencier par la qualité des lots proposés aux cavaliers classés. Un vrai travail est réalisé en amont pour nouer des partenariats durables. »

 

Qu’est-ce qui fait le succès du KED’Jump ? Avez-vous été surpris de l’engouement autour ?

Pauline : « Comme dit précédemment, nous avons une véritable volonté de fournir un concours avec des lots qualitatifs, donc les cavaliers sont contents. De plus, cela se déroule sur la plage, un lieu qui n’est pas commun pour un concours de saut d’obstacles. Nous souhaitons offrir aux cavaliers un concours unique, de qualité, où une ambiance conviviale est présente tout au long du week-end. »

Lauramaï : « Le succès du KED’Jump est dû au cadre principalement, mais également aux lots que le pôle démarchage se démène à trouver tout au long de l’année. Je ne m’attendais pas à un tel engouement c’est certain mais nous sommes vraiment heureux et enthousiastes de voir les réactions des cavaliers et des spectateurs que ce soit sur les réseaux sociaux ou sur place, le jour du concours. »

Hugo : « Je pense que le succès est avant tout lié à l’originalité du concours, et tout particulièrement sur un circuit club. Peu de cavaliers ont l’occasion de s’engager sur un concours unique, qui allie originalité, qualité et convivialité. »

 

Pouvez-vous nous citer une anecdote sur le concours ?

Lauramaï : « Le jour du concours, on se lève à cinq heures du matin pour être sur la plage aux aurores. L’accès à la plage se fait par des escaliers que nous devons monter et descendre pour transporter les barres d’obstacles et monter le parcours. Ajoutons à cela le rythme de la marée, le sable et on peut vous assurer un bon programme sportif ! »

Lien vers les engagements
Plus de renseignements

Propos recueillis par Carla AUBIN.

Article sponsorisé.