Pas encore majeur, Jules ORSOLINI a déjà tout d’un grand. Très ambitieux, le jeune cavalier de la région Île-de-France rêve de haut niveau, mais aussi de fonder une entreprise. En attendant, il rêvait de faire partie d’une Écurie sur le circuit du Grand National, un rêve qu’il a pu concrétiser dernièrement. Aux côtés des frères LAMBERT, Jules ORSOLINI a en effet intégré l’Écurie GEM – Jump’inside et n’a pas mis longtemps avant de performer sous ses nouvelles couleurs ! Rencontre…

Tout d’abord, présente-toi !

« Je m’appelle Jules ORSOLINI, j’ai quinze ans et suis basé à Dourdan dans l’Essonne. J’ai commencé l’équitation quand j’avais neuf ans à poney B, puis C et D. Je suis ensuite vite passé à cheval car mon père est marchand de chevaux. La transition s’est passée beaucoup plus vite que prévu. Dès mes douze ans j’ai commencé les CSI sur des parcours à 1.10m, 1.15m puis 1.20m. J’ai ensuite eu la chance de récupérer de plus en plus de chevaux pour arriver à tourner aujourd’hui sur 1.35m, 1.40m et être le plus régulier possible. L’objectif l’an prochain est de bien tourner sur 1.40m et commencer à être performant sur 1.45m, dans le but de pouvoir faire les championnats d’Europe ou des Coupes des Nations. À l’heure actuelle je peux compter sur deux bons chevaux : Jacardo, qui est performant sur 1.40m et avec lequel j’ai terminé deuxième du Grand Prix 1.40m de Lyon, comptant pour le classement de l’Écurie GEM – Jump’inside, et Querry 3 qui est encore jeune mais aussi performant sur 1.35m, 1.40m »

En parallèle de l’équitation, quel cursus suis-tu ?

Publicité

« J’ai sauté une classe donc je suis actuellement en première S. À court terme, j’aimerais par la suite intégrer une école de commerce pour avoir des bases dans ce domaine. À plus long terme je souhaiterais monter une entreprise pour être plus stable d’un point de vue financier, après je ne sais pas encore dans quel secteur d’activité. J’aimerais également reprendre l’entreprise de mon père quand le moment sera venu. »

, ne ressens-tu pas Le fait d’AVOIR mis le pied à l’étrier si tard comme un handicap ?

« Non pas du tout ! Le fait de monter à cheval est quelque chose qui est arrivé comme ça. Avant je jouais au basket, je préférais ce sport, et maintenant c’est l’équitation qui a pris le dessus. »

Avec l’activité de ton père, n’était-il pas trop difficile de voir souvent partir des chevaux ?

« Non, pas vraiment, car l’activité de commerce ne me touche pas vraiment. D’un côté nous avons mon écurie avec mes chevaux que l’on garde dans le but de faire de belles échéances. De l’autre côté nous avons un cavalier pour pouvoir valoriser les chevaux dans le but de les vendre. Après c’est évident que lorsqu’une belle offre se présente pour l’un des chevaux de mon piquet, forcément nous ne pouvons pas la refuser. »

jules orsolini zozoé
Jules ORSOLINI et Zazoé aux championnats de France Cadet à Auvers (2017) © Jump’inside

Pourquoi as-tu voulu rejoindre l’Écurie GEM – Jump’inside sur le circuit du Grand National ?

« Je suis attentivement le circuit du Grand National et voyant qu’il n’y avait pas de jeune cavalier au sein de l’Écuire GEM – Jump’inside, j’ai envoyé un message à Mathieu LAMBERT pour faire une demande fin août. Je voulais vraiment intégrer une écurie du Grand National, qui est un super circuit. Après avoir lui-même fait part de ma demande auprès de votre média Jump’inside et de l’entreprise GEM, demande qui a été acceptée, il m’a par la suite confirmé mon adhésion au sein de cette aventure. Je connais bien la famille LAMBERT, je suis depuis longtemps Thomas et Mathieu sur les terrains de concours avec lesquels je m’entends bien, donc c’était l’occasion ! »

Que représente la marque GEM pour toi ?

« Je trouve que c’est une super marque, tous leurs produits sont top et j’aime particulièrement leurs tapis. Les créatrices de GEM, Barbara GILLOT et Margaux EQUIPART LAMBERT, sont parties de rien pour créer une marque qui allie technicité et esthétique, tout ce dont un cavalier recherche ! Ces derniers sont testés par les frères LAMBERT qui apportent leur regard de cavalier, permettant ainsi d’avoir des produits  vraiment pratiques. »

Retrouvez tous les produits de la marque GEM, sur leur nouveau site internet !

Qu’apprécies-tu dans le média Jump’inside, créé par une jeune équipe de passionnés ?

« C’est un média qui aborde uniquement le jumping, donc étant passionné par cette discipline je suis de très près les différents articles. Ce que j’apprécie par-dessus tout c’est l’actualité sportive du jour, où en un seul article tout est résumé. Cela permet de suivre très rapidement l’actualité sans passer des heures à chercher à droite à gauche sur les réseaux sociaux ou autres sites ce qui se passe dans la sphère jumping. »

Créer une entreprise est l’un de tes rêves, qu’en est-il du haut niveau ?

« Oui bien évidemment le haut niveau me fait aussi rêver, comme beaucoup de monde je pense. C’est vraiment un objectif d’être plus tard performant au niveau CSI 5*. Cette fameuse entreprise à laquelle je pense m’aidera peut-être à atteindre mon objectif de haut niveau. »

 Quel est ton plus beau souvenir depuis tes débuts ?

« Sans hésiter, les championnats d’Europe Children à Samorin en 2017. Cette échéance m’a beaucoup apporté : l’esprit d’équipe, l’échec, la réussite, et d’autres nombreux bons souvenirs. Zazoé, ma jument qui m’y a emmené et qui est actuellement à la retraite, m’a vraiment marqué. C’est grâce à elle que j’ai pu participer à toutes les Coupes des Nations en 2017. C’est elle qui m’a permis de monter à ce niveau-là. »

Propos recueillis par Raphaël GARBOUJ.