Les sports équestres vivront ! Oui, Kamel BOUDRA s’est battu et une solution a été trouvée avec SFR Sports pour continuer la diffusion des sports équestres à la télévision. Explications avec l’emblématique commentateur équestre à découvrir ici…

Equidia Life a-t-il mis en lumière les sports équestres au niveau national et mondial ?

« Equidia a eu un impact international, pas seulement européen, mondial ! Je suis arrivé chez Equidia en 2004, la chaîne existait déjà depuis quelques années, mais c’était quand même la période où elle est montée en force. Par exemple, avant que je ne fasse les premières sorties de pistes micro, cette pratique n’existait pas dans le monde du cheval. Cela a mis du temps à s’imposer comme une pratique positive, les cavaliers ne voulaient pas, les organisateurs ne voulaient pas, tout le monde se disait que ce n’était pas possible… J’ai réussi à le faire finalement mais c’était un peu pesant au commencement, j’avais même des réactions négatives !

kevin staut kamel boudra windsor
Kévin STAUT au micro de Kamel BOUDRA juste après son titre européen en 2009 © Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE
Publicité

Petit à petit, le concept a fait son chemin et il s’est vraiment imposé aux championnats d’Europe de Mannheim quand Meredith MICHAELS-BEERBAUM obtient le titre individuel et vient en premier vers moi pour exprimer sa joie. C’est donc devenu quelque chose d’intéressant pour les cavaliers. Ils pouvaient expliquer pourquoi ils ont fait ceci ou cela sur leur parcours, plutôt que les gens regardent sans comprendre.

Les étrangers ont ensuite repris cette pratique, les concours aussi ! Cela a apporté un peu de technique dans notre sport. Equidia était quand même la première chaîne à diffuser autant de sports équestres, cela n’existait pas du tout. Les étrangers et les fédérations étrangères étaient comme des fous, ils nous disaient « Quelle chance vous avez d’avoir une chaîne thématique autour des sports équestres ! ». Les cavaliers étrangers se disaient au début que c’était une chaîne, certes équestre, mais seulement pour la France. Ils ont vite vu l’impact que cela avait également sur eux, sur leur « fan club », sur la commercialisation des chevaux, pour les étalonniers, etc. Cela a quand même donné, je pense, un nouveau souffle aux sports équestres sur le plan médiatique. »

Quand Equidia Life a annoncé sa fermeture, tu t’es dit : « ok, une page se tourne » ou « je ne vais rien lâcher, les sports équestres vont rester à la TV ! » ?

« J’avais facilement la possibilité de faire autre chose en dehors du cheval, mais j’ai refusé de lâcher les rênes, d’abandonner. Je ne pouvais pas le faire, d’abord parce que c’est ma passion et parce que j’avais le devoir de me battre pour les sports équestres. Je devais continuer cette mission à la télévision ou ailleurs. J’essayerai jusqu’à la dernière seconde, tant pis si ça ne marche pas mais j’aurai tenté. Après, je souhaitais vraiment que ça soit un groupe de télévision avec une rédaction sports, parce que la chaîne thématique en elle-même elle peut assez difficilement aller convaincre un autre public, il n’y a pas de progression possible.

J’avais d’autres contacts pour remettre les sports équestres à la TV, mais c’était des one shot, quelque chose de plus irrégulier. Puis j’ai rencontré les personnes de SFR une par une pour leur montrer mon projet. Ce qui m’a vraiment plu, c’est leur façon de voir le sport, l’équitation va quand même se retrouver sur le bouquet sports aux côtés de la Champions League de football et d’autres grandes compétitions internationales dans tous les sports. Ce qui est génial et ce qui a fait la différence, c’est que l’équitation, chez SFR Sports, aura des rendez-vous fixes et ne sera pas là en tant que « bouche-trou » sur une chaîne. Ils viennent de créer SFR Sports 3 avec le cheval comme l’une des disciplines principales.

Quand je leur ai exposé le projet, et après leur validation, ils m’ont dit « Ok on le fait, mais on va faire quelque chose de vraiment bien ! ». Par exemple, ils ont directement acheté les droits de diffusion en exclusivité pour la France des circuits Coupes des Nations et Coupes du Monde. Les deux principaux circuits mondiaux, outdoor et indoor, seront diffusés en intégralité, en exclusivité et en direct sur SFR Sports. Il y aura bien-sûr d’autres choses, mais ils voulaient absolument démarrer avec ce qui représente le mieux le haut niveau et l’élite mondiale dans notre sport.

Et bonne nouvelle ! On commence avec le circuit Coupe du Monde dès vendredi en direct du Jumping International de Bordeaux. Nous allons diffuser : la grosse épreuve du vendredi soir en jumping, suivi du derby de cross indoor. Le lendemain, la Coupe du Monde de jumping, mais aussi l’étape Coupe du Monde d’attelage ! Dimanche, nous diffuserons le Grand Prix dominical de jumping et enfin la suite et fin de la Coupe du Monde d’attelage.

Je n’ai pas encore toutes les précisions mais on va avoir un plateau TV. Entre chaque épreuve, il y aura une émission avec des invités et les parcours seront commentés par un champion. La force du groupe Altice, c’est que c’est le groupe qui pilote BFM TV et RMC entre autres donc des duplex seront diffusés sur la plupart des chaînes du groupe, qui ont une résonance énorme au niveau français. Nous allons pouvoir parler cheval à des gens qui ne sont, au premier abord, pas touchés par ce domaine !

Nous passerons également le replay de l’épreuve majeure du week-end le dimanche soir à 20h45 en prime time parce que les gens étaient amoureux de ce rendez-vous là. Nous proposerons aussi un magasine des sports équestres d’une heure le lundi. L’émission ne commencera pas le lundi après le Jumping de Bordeaux car c’est encore trop tôt pour nous, mais nous travaillons dessus. »

SFR Sports a donc tout de suite accroché au projet, pas de mal à les convaincre ?

« Il y a bien-sûr des composantes au-delà du sport quand on entre dans des projets comme celui-ci, mais SFR Sports a donné le feu vert et dédié une chaîne pour laisser une place non négligeable à l’équitation dans leurs programmes. Ils mettent tout en œuvre pour redonner toute la visibilité que se doit d’avoir notre si beau sport.

J’ai eu une autre offre à la télévision mais qui ne proposait pas quelque chose aussi complet.  Le projet était bien mais pas aussi développé que ce que nous allons faire sur SFR Sports. Je tenais vraiment à ce que les gens puissent avoir le sentiment qu’ils retrouvaient tout ce que nous vivons depuis tant d’années avec l’ancienne chaîne cheval.

En plus de tout ça nous avons un jeune patron qui s’appelle Laurent SALVAUDON, dirigeant de la rédaction des sports de SFR Sports, et qui est un mec en or. Tous nos confrères disent qu’il révolutionne complètement le sport et la façon de le faire. C’est lui qui a fait J+1 dans le domaine du football sur Canal +, émission qui marche le mieux dans le foot… C’est un groupe costaud qui se met en marche avec l’équitation. La direction descend d’ailleurs à Bordeaux ce week-end avec moi, il y a une vraie volonté de très bien faire les choses.

Il y a un bouquet SFR Sports et les gens s’abonnent à ce bouquet en ayant donc accès à une multitudes de sports, dont le nôtre ! Les gens qui ont la box SFR, pas de question à se poser, les chaînes sont déjà disponibles sur leurs télévisions. Sinon, ils peuvent prendre le bouquet 100% digital à 9,90€ / mois qui donne accès sur nos smartphones ou tablettes à l’application SFR Sports et tous les sports en direct ou en replay. Le groupe essaie de rendre SFR Sports disponible sur de nombreux supports et bouquets, donc pas d’inquiétude là-dessus. »

Quel est ton rôle au sein de SFR Sports, as-tu une équipe, comme avec Equidia Life, dédiée à l’équitation ?

« Je serai l’Homme cheval chez SFR Sports. J’aurai une équipe avec moi, en plus des équipes déjà présentes à SFR Sports qui ont un grand savoir-faire et beaucoup de technique. En plus, tout le groupe Altice va déménager dans de plus grands bureaux dans peu de temps. Je suis venu avec deux personnes qui vont renforcer ma force éditoriale cheval. »

Toute la stratégie est déjà pensée sur le long terme ?

« Il faut que cela fonctionne, en tout cas personne ne pourra proposer mieux que ce que SFR Sports va proposer cette année, ça c’est certain. Ils ont vraiment investi sur les exclusivités, ce sont des gens qui veulent les meilleurs au micro, les meilleurs reporters, les meilleurs dans chaque domaine. Ce qui est intéressant, c’est que Laurent SALVAUDON, avec sa force de frappe, nous fera directement toucher des gens qui ne regardaient auparavant pas l’équitation. Alors qu’une chaîne thématique, il y a que les gens concernés par le domaine en question qui viennent… C’est très bien une chaîne thématique, mais on reste dans un cercle très restreint, tu ne convaincs pas de nouveaux téléspectateurs.

Là, la personne qui est folle de sport, avec le bouquet SFR Sports il se régale et peut aussi arriver, par hasard ou non, sur un Grand Prix et s’y intéresser. Il y a un truc assez drôle sur les premiers retours qu’on a déjà, c’est que dans les foyers, entre gros guillemets et sans mettre personne dans une case, tu as les papas qui regardent le football et qui cherchaient à convaincre leurs femmes d’acheter le bouquet SFR Sports. Du coup maintenant qu’il y a l’équitation, elles y voient un plus grand intérêt pour elles ou leurs enfants et ça ouvre des nouvelles possibilités ! C’est caricaturé mais ce sont les premiers retours positifs que nous avons.

Pour le cheval, c’était de tout façon indispensable de trouver un groupe généraliste pour le diffuser. »

SFR Sports intègre les sports équestres à son bouquet, pas les courses hippiques ?

« Non, seulement les sports équestres ! Je ne sais pas ce qui se passera demain, mais aujourd’hui dans nos réunions nous n’avons pas parlé une seule seconde de courses hippiques, nous sommes vraiment tournés vers les sports équestres. Je dois dire que j’ai été assez impressionné par la façon dont ils gèrent l’intégration des sports équestres sur SFR Sports. Au début je me disais « ok, si j’arrive déjà à les convaincre de diffuser un peu d’épreuves, ça sera une bonne perf », et finalement ils me disent « ok ton idéal pour toi, c’est quoi ? Bon ok on fait ça ! » donc c’est vraiment génial ! »

kamel boudra rodrigo pessoa
© Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE

Avez-vous déjà des consultants en tête pour les épreuves de jumping ?

« Nous aurons dimanche au commentaire du Grand Prix de Bordeaux la meilleure cavalière du monde, Pénélope LEPRÉVOST. J’ai demandé à Eugenie ANGOT de nous accompagner pour le Grand Prix Coupe du Monde, à priori cela se fera également. On va avoir la crème de la crème des cavaliers, ça va être chouette pour les gens ! »

Propos recueillis par Théo CAVIEZEL.