Comme tous les ans et depuis vingt-quatre ans, le Grand Prix 1.50m venait clôturer les deux semaines de compétitions organisées dans la salle Safire de Pontivy. Si le plus gros parcours du week-end était marqué par un nombre d’engagés moindres que dans d’autres épreuves, plus de mille huit cents départs étaient donnés sur l’ensemble des deux week-ends.

Des grands noms de l’équitation française étaient tout de même au départ de l’ultime des parcours dessinés par Jean-Paul LEPETIT, Vincent MOLARD et Thomas CLIVIO, qui auront réalisé un travail d’orfèvrerie durant les deux semaines. On retrouvait notamment Cédric ANGOT mais également Marc DILASSER et Louis BOUHANA, tous trois déjà porteurs de la veste bleue. Malgré deux montures chacun, ces deux derniers ne parvenaient pas à sortir de piste avec un sans-faute, tout comme Pomme CILOTE, vainqueur du Grand Prix à 1.40m du week-end dernier qui préférait abandonner après deux fautes de sa jument, Qomédie Libellule.

Publicité

Finalement, six cavaliers réalisaient le sans-faute en première manche avec parmi eux Benjamin DEVULDER, déjà vainqueur de six épreuves sur l’édition 2018 de Pontivy, et vainqueur de ce Grand Prix en 2016 avec le même Vert Degris mais aussi Tony CADET qui revenait du CSI 3* de Saint-Lô avec une victoire. Si Cédric ANGOT, ouvreur de ce barrage ne pouvait éviter une faute de Talent des Moitiers sur l’avant-dernier obstacle, Benjamin DEVULDER réalisait de suite un temps de référence. Contrairement à son habitude, le Normand n’était pas assez rapide et allait être devancé par trois des quatre cavaliers restants, seul Cédric LE GOFF terminant derrière après une faute de Typhon de la Cense. Le Finistérien était même moins rapide que Cédric ANGOT pour prendre la sixième place. Finalement ce sont les derniers à s’élancer, à savoir Marc LE BERRE et Rubis du Rustick qui s’imposaient au terme d’un excellent barrage en 37″88. Le Breton devançait deux autres cavaliers de la région puisque la deuxième place revenait à Tony CADET et sa fidèle Uppsala del Cabalero qui franchissaient la ligne en 38″52, alors que la dernière marche du podium était occupée par Christophe LE GARREC et son fils de Kannan, Uriel d’Amaury qui finissait en 39″05.