Il est sans aucun doute l’Irlandais le plus en forme du moment ! Ayant dû renoncer aux Jeux Équestres Mondiaux de Tryon suite à des coliques de Babalou, Darragh KENNY, vainqueur du Grand Prix CSI 5* de Knokke cette année ou encore troisième de celui de Genève, est bien décidé à prendre sa revanche aux Championnats d’Europe cette année. Apprenez-en plus sur son travail à cheval entre l’Europe et les Etats-Unis.

L’Irlande n’étant pas encore qualifiée pour les Jeux Olympiques, comment abordez-vous les Championnats d’Europe ?

« Je cherche à préparer Balou du Reventon et Important de Muze pour les Europes parce qu’ils ont vraiment très bien sauté dans les épreuves par équipes cette année et sont en très grande forme. Babalou 41 a quatorze ans cette année, et je trouve que ce ne serait pas juste pour elle de l’amener à un autre championnat, je préfère la garder pour de beaux concours et de très bons Grands Prix.

Publicité

C’est évidemment assez stressant parce que c’est l’objectif principal de l’année et c’est dans la tête de tous les cavaliers irlandais. Je n’ai pas du tout amené Balou en Floride, pour le garder frais et qu’il soit prêt pour les Championnats d’Europe. Toute l’équipe d’Irlande est focalisée sur ces championnats et nous espérons vraiment avoir de bons résultats. Ma propriétaire Ann THOMPSON a été fantastique et a accepté d’acheter Important pour que je puisse avoir un deuxième cheval pour les Europes, au cas où quelque chose se passe mal. Elle est d’ailleurs la propriétaire de la plupart de mes chevaux et a fait des choses incroyables pour ma carrière. »

Pouvez-vous nous parler de Balou, votre cheval de tête ?

« Balou fait de superbes choses en ce moment. Il était incroyable à Knokke, et même durant toute cette année de manière générale. Il était deuxième à Shanghai, quatrième à Rome et maintenant la victoire à Knokke… Il a été tout simplement brillant. Je suis très chanceux que tous mes chevaux soient en très grande forme et qu’ils se sentent bien, j’espère que ça va continuer comme ça. »

Comment vont Babalou et Team de Coquerie ?

« Babalou va bien, elle a recommencé à sauter en Floride et va continuer cet été. Elle va faire un petit concours avant d’aller à Aix-la-Chapelle. Team revient bien, il s’était fait une petite blessure et avait dû s’éloigner des concours pendant un certain temps, mais il vient de reprendre avec Michael HUGHES qui va le monter pendant quelques compétitions avant que je ne le reprenne. »

Vous avez également gagné la première manche de la Global Champions League à Paris avec Christos.

« Christos est un étalon de dix ans que je ne monte que depuis début avril. Je l’ai en vue d’une commercialisation et le garderai donc jusqu’à sa vente. C’est un très bon cheval avec beaucoup de potentiel, il fait attention et il est facile à monter, ce qui rend les choses plus simples. Il a magnifiquement sauté dans la première manche de la Global Champions League, il était fantastique et je suis très heureux du résultat. »

En plus de votre métier de cavalier, vous avez également beaucoup d’élèves. Comment gérez-vous les deux à la fois ?

« Pour moi, enseigner et quelque chose de très important et j’aime beaucoup former des cavaliers qui souhaitent réellement apprendre, veulent être compétitifs et faire des résultats dans le sport. Nous avons un très bon système dans nos écuries de ce côté-là pour travailler avec les clients, et d’ailleurs avec mon partenaire d’affaires, Hardin TOWELL, nous souhaitons développer cela aux États-Unis. La plupart de nos élèves prennent l’initiative de venir vers nous au départ. On a deux élèves qui sont basés en Europe, deux autres qui passent la moitié de l’année en Europe et l’autre aux États-Unis, et enfin deux ou trois autres qui sont, eux, basés aux États-Unis. On leur offre le meilleur que l’on a en fonction de leurs besoins et envies, et selon les endroits où ils sont et où ils souhaitent aller. »

darragh kenny Bertram allen
© Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE

Monterez-vous Volnay du Boisdeville, le cheval de votre élève Teddy VLOCK ?

« Non, je monte seulement les chevaux de Teddy au moment où il les achète, et il y a également Team de Coquerie et Scarlett du Sart Z qui sont, eux, des chevaux qu’il a achetés pour moi. Volnay a été acheté pour que Teddy le monte, alors peut-être que je le sortirai sur un ou deux concours si nécessaire, mais sinon il fait partie de son piquet. »

Vous voyagez également beaucoup, entre les États-Unis et l’Europe.

« Cette année a été très chargée pour moi : j’étais en Floride, puis à New York et Shanghai. Je suis ensuite allé dans le Kentucky, à La Baule, Rome puis Calgary avant de venir à Paris. Au final, je pense que tout cela montre à quel point notre personnel à la maison est tout simplement incroyable parce qu’il me permet de me rendre à tous ces endroits et de trouver mes chevaux en parfaite forme. Notre équipe fait un travail formidable. Une vingtaine de personnes travaille chez nous, ce qui est un nombre non négligeable, mais quand vous avez deux programmes sur deux continents différents, tout ce système est nécessaire pour que tout fonctionne correctement. Il est donc très important pour moi que nous ayons des personnes très compétentes qui puissent faire leur travail du mieux possible. »

L’Irlande a un nombre impressionnant de cavaliers performants en CSI 5*, comment expliquez-vous cela ?

« Nous travaillons très dur et quand les opportunités se présentent à nous, nous les saisissons immédiatement. Je pense que c’est un aspect important chez nous, parce que nous voulons vraiment faire les choses bien mais au final il y a aussi une part de chance parce qu’il faut rencontrer les bonnes personnes au bon moment. »

Membre d’une équipe de la Global Champions League, que pensez-vous de ce circuit ?

« Je pense que c’est une très bonne idée, il y a besoin de faire de petits ajustements pour faire en sorte que tout se déroule comme il faut mais c’est un bon système qui a amené un souffle nouveau dans le sport et développé un nouvel aspect. Même si nous ne venons pas du même pays, nous faisons partie de la même équipe dans cette League donc au final nous avons le même objectif, et il est donc très important que nous soyons soudés pour avoir le meilleur résultat. »

Propos recueillis par Marie-Juliette MICHEL. Photo à la Une : © Jump’inside / Marie-Juliette MICHEL.