Baloubet du Rouet est un étalon Selle Français de Jumping né en 1989, connu de tous. Fils de Galoubet A, il est le seul cheval à avoir remporté trois fois d’affilée la finale Coupe du Monde avec le brésilien Rodrigo PESSOA. Leur plus belle victoire a sans nul doute été la médaille d’or individuelle aux Jeux Olympiques de 2004 à Athènes. Maintenant à la retraite, l’alezan n’a rien perdu de son caractère.

RENCONTRE AVEC BALOUBET DU ROUET

« Je m’appelle Sonia OLIVEIRA, et mes fonctions sont : prendre soin de Baloubet et le monter, l’emmener à certaines représentation d’étalons au Portugal et d’autres pays en Europe, et je l’ai aussi emmené dans le passé à ses collectes de semences. Cela fait cinq ans que Baloubet n’est plus prélevé car il a presque 27 ans et c’est un effort conséquent pour lui.Mon histoire avec le champion Baloubet du Rouet a commencé en mai 2011. Au début j’ai cru que c’était un rêve vraiment de pouvoir monter et m’occuper de ce cheval, ça ne pouvait pas être réel. Baloubet a pour moi toujours été une superstar et je n’ai jamais cru que j’aurais pu être si près de lui. Je ne savais pas que son propriétaire était portugais. Quand il m’a proposé de m’occuper de lui au quotidien, je n’ai pas hésité une seconde ! Je vais essayer de vous faire partager son quotidien, à travers cet article pour Jump’inside ! »

Baloubet du Rouet, une vie de Champion

Publicité

« Le passé de Baloubet avant ses heures de gloires avec la famille PESSOA ? Je sais juste que ce n’était pas un très joli cheval, mais qu’il avait beaucoup d’énergie. Je pense qu’il y a du avoir beaucoup de feeling entre eux, une sorte de coup de cœur.

Baloubet a un physique enviable et de belles formes pour ses 27 ans car il a eu une vie sportive qui l’a très bien maintenu. Maintenant il doit juste s’entretenir. Le climat au Portugal, où il habite, est merveilleux. Et il n’y a pas de doute, il adore. L’attention et les soins qu’on lui porte tous les jours et tout le temps sont aussi un facteur important à son moral. C’est vraiment ça le plus important.

L’écurie s’allume à 7h du matin, en même temps on donne du foin bien humide à Baloubet, dans un sac à foin que l’on accroche dans un coin de son box. Son sac a foin est rempli deux à trois fois par jour. A 8h, il mange sa ration de granulés. A 9h, il est brossé et préparer afin que je le monte pendant 30 à 40 minutes. J’aime habituellement marcher au pas avec lui dans différents endroits pour qu’il ne voit pas tout le temps les mêmes choses. Parfois nous montons dans un manège couvert ou parfois sur la carrière d’obstacle mais aussi en foret : toujours dans des endroits plats pour éviter le surmenage. J’évite de monter Baloubet quand il y’a d’autres chevaux dans le manège car il est alors très excité, il veut montrer aux autres qu’il est le boss. Maintenant qu’il a 27 ans, il est rare que nous trottions ou galopions mais quand il galope, il explose de joie, c’est un sentiment merveilleux.

Quand Baloubet a fini de travailler, il est douché ou brossé à nouveau puis nous lui mettons une sorte de leggings massant sur ses jarrets, avec de la glace, l’aidant à se relaxer. Plus tard il retourne dans son boxe pour se reposer. A midi et demi, il mange son autre ration avec des carottes. L’après-midi, Baloubet est sorti de son box pour qu’on lui brosse sa crinière, qu’on lui graisse les pieds et protéger ses membres en les bandant. Il garde ses bandes de repos toute la nuit pour éviter les blessures quand il se couche ou pour les cas d’accidents vasculaires cérébraux, mais aussi pour garder ses tendons et ses ligaments en bonne condition. Une fois qu’elles sont mises, il est alors prêt pour aller en pâture.

Quand j’emmène Baloubet brouter l’herbe du paddock, je ne le lâche jamais complètement, je le tiens en longe, elle est suffisamment longue pour qu’il puisse avoir de l’espace mais pas qu’il soit en totale liberté, sinon il sauterait de joie dans tout les sens et ne s’arrêterait jamais de courir allant jusqu’à risquer de se faire mal. Les jours où il fait beau et chaud, nous restons un peu plus d’une heure dehors. Apres avoir marcher en main, avoir été au paddock, pris un bain de soleil et eu beaucoup de caresse, il retourne au box pour se reposer et manger son foin. Sa dernière ration est servie à 18h. Baloubet sort tout les jours qu’il y ai du soleil ou qu’il pleuve, il n’y pas un jour où il est arrêté. Les jours de pluie, nous pouvons aller dans le manège couvert, ou alors il fait du tapis roulant. Mais parfois nous nous promenons sous la pluie, puis Baloubet prend une douche chaude à l’écurie et sèche sous le solarium. Un vrai prince ! Baloubet a une balance et est pesé toute les semaines. il est tondu une fois par mois et est ferré toutes les 4-5 semaines. Il est très souvent visité par le vétérinaire. »

Le meilleur ami de Baloubet

« Baloubet a un meilleur ami, il s’appelle Hector. C’est un un berger de Beauce (chien). Hector passe tout son temps à suivre Baloubet et moi. Ils jouent ensemble. Baloubet adore mordiller le dos d’Hector, c’est vraiment drôle à voir. Quand nous marchons ou sommes au paddock, Hector est avec nous et quand nous sommes au manège, Hector nous attend devant la porte même si il pleut. C’est incroyable. Je les aime tellement. »

Propos recueillis par Théo CAVIEZEL

Publicité
SHARE
Next articleLe nouveau format olympique