« Marcel DELESTRE est comme un troisième grand-père pour moi » – Jennifer HOCHSTADTER

Jennifer HOCHSTADTER n’en finit plus d’étonner. La jeune cavalière montant pour la principauté du Liechtenstein met toutes les chances de son côté pour réussir en concours, et 2016 a été de loin sa meilleure saison, avec en point d’orgue une participation au CHI de Genève il y a quelques jours. Nous sommes partis à sa rencontre pour essayer d’en savoir plus sur ses motivations et son système dans les écuries de Simon DELESTRE :

Jennifer, présentes toi ?

Je m’appelle Jennifer HOCHSTADTER, j’ai treize ans. Je suis la fille de Nicholas HOCHSTADTER, cavalier de la principauté du Liechtenstein. Je suis née le 4 août 2003 et je vis en Suisse où j’étudie. J’ai mes chevaux avec mon papa chez Simon DELESTRE et c’est son père Marcel qui m’entraîne depuis cette année. Je suis tous les week-ends soit en concours à l’étranger ou à Metz pour m’entraîner.jenn

Depuis quand montes-tu à cheval ?

J’ai commencé à poney dès mes quatre ans, mais à cheval depuis un an seulement. J’ai toujours été dans l’ambiance grâce à mon papa mais aussi à mes grands-parents et arrière grand-mère qui étaient tous cavaliers passionnés. Le vrai début a été quand mon papa m’apprenait toutes les bases pour réussir. Ensuite j’ai eu la chance d’avoir une super ponette qui n’avait que cinq ans, Uncartade des Cibaudes, trouvé par le cavalier Français Bertrand BOUGAULT. Une ponette incroyable mi anglo-arabe et welch. C’est elle qui m’a tout appris, elle avait des foulées de cheval et un grand courage. Elle ne s’arrêtait jamais ! Je l’ai appelée UNIK car elle l’est vraiment et le restera toujours pour moi. J’ai vraiment commencé les concours assez tard : l’année passée avec ma ponette et cette année avec mes chevaux.

Qu’est-ce qui t’a plu dans l’équitation ?

Dans l’équitation, tout m’as plu. Le contact avec les chevaux, l’impression de faire qu’un avec le cheval et j’adore la compétition. J’ai la niaque et je n’aime pas perdre. En tout cas, je suis accrochée à cette passion, et je ne compte pas en rester la.

Travailler avec les meilleurs cavaliers et entraineurs au monde, comment prends-tu ça ?

C’est que du bonheur et je sais la grande chance que j’ai. Je suis fière d’être si près d’eux dans ce milieu du haut niveau et professionnel. J’apprends beaucoup, ça me pousse toujours à faire mieux et de mieux en mieux. L’ambiance est géniale, toute la team DELESTRE est très sympa, on rigole beaucoup mais on travaille surtout beaucoup. Grâce à Marcel je suis passée en une année de 1m à 1m30. Il est très exigeant et je l’aime beaucoup, c’est comme un troisième grand-père pour moi, sans oublier les deux supers Magaliesimg_1221

Est-ce que tu veux en faire ton métier plus tard ? Tes parents te poussent à faire des études ou te laissent suivre ton chemin ?

Je dis souvent que je voudrais être Simon DELESTRE quand je serai grande… Mais je vais être moi-même et essayer déjà de faire les mêmes résultats que lui au même âge. Pourquoi pas en faire mon métier, oui, mais je suis très jeune et j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, de chemin à faire et je sais que c’est difficile. En tout cas, je suis passionnée avec une grande envie de réussir.

Oui, mes parents et mon coach, surtout, ne veulent pas que je rate mes études, donc j’essaie de mener les deux. C’est pas facile mais je fais tout pour y arriver. Je vis loin des écuries, c’est plus compliqué pour le programme. Mais mon école m’aide à avoir des semaines flexibles : je suis les cours jusqu’au mercredi et je reçois par mail ceux du jeudi et vendredi. Alors je rattrape avec un tuteur tous les cours que je loupe. C’est beaucoup plus de travail mais ça en vaut la peine !

Pourquoi montes-tu pour le Liechtenstein ?14691154_999393903521533_4665774136930772057_oh

Tout simplement parce que c’est ma nationalité et celle de ma famille du côté de mon papa. Ma maman est Suisse mais je préfère monter pour le Liechtenstein. Je ne pourrai certainement jamais monter en équipe mais c’est pas grave car j’aime ce petit pays. Je ferai mon chemin autrement, différemment mais surement.

Parles-nous de ton piquet de chevaux ?

J’ai deux super chevaux. Sunset, une jolie petite jument bai foncé, qui toise 1m58. Elle est parfaite en taille, elle est fantastique. C’est ma petite bombe de vitesse. Thor de Talma, mon cheval de tête qui était, en début d’année, sous la selle de Jacques HELMLINGER. Je le monte depuis avril 2016 et on a réussi à se faire confiance au fur et à mesure des concours. Il toise 1m62, bai clair, fils de Quick Star. C’est une vrai perle rare. Il m’apprend tout (tout comme Marcel DELESTRE !!!). Je suis la plus heureuse des filles avec mes deux chevaux en or.

Tu as eu une super saison, quels sont les prochains objectifs ?

C’est vrai cette première année à cheval en CSI a été extraordinaire. Je n’oublierai jamais mon premier à Rosières-aux-Salines en février cette année. C’était ma première 1m15 et je finis troisième. Ensuite les concours se sont enchaînés et les classements aussi. J’ai cinq fois fait connaitre l’hymne national de la principauté du Liechstenstein, une fois à Vittel, deux fois au Jump’festival à Cagnes-sur-Mer et une dernière fois au concours Equi-seine à Rouen. J’ai eu la chance de participer au CHI de Genève à Palexpo, aux épreuves du jockey club, le matin de jeudi et vendredi. Merci à mon grand-père (Eric HOCHSTADTER). Merci de m’avoir laissé la possibilité de monter sur cette grande piste. Ensuite j’ai terminé en Belgique, à Lier avec une nouvelle victoire.

Pour 2017 mon objectif est précis : c’est le Championnat d’Europe Children. J’étais qualifiée déjà cette année mais malheureusement je n’ai pas pu y participer car mon cheval a fait une lymphangite deux semaines avant de partir. Heureusement, il s’est vite remis grâce à des soins rapides (merci la team DELESTRE). Mes chevaux, c’est tout pour moi.

Enfin, que peut-on te souhaiter pour l’avenir ?

Une heureuse année 2017 avec plein de réussite et de belles rencontres pour l’avenir. Merci Jump’inside !

Propos recueillis par Théo CAVIEZEL.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :