Au moment où la société se bat encore pour l’égalité entre hommes et femmes, l’équitation reste le seul sport olympique où les deux sexes s’affrontent à part égale et ce sans distinction. Malgré cela, il n’est pas difficile de remarquer que les hommes sont davantage présents au plus haut niveau. Prenons pour exemple les derniers podiums individuels des championnats d’Europe ou des Jeux Olympiques : 100% masculins. En parallèle, les Etats-Unis restent l’un des seuls pays à pouvoir aligner une équipe 100% féminine, l’équipe s’est d’ailleurs imposée cette année dans la Coupe des Nations du CSIO 5* de Dublin. Danielle GOLDSTEIN et Emily MOFFITT ont pris la parole pour Jump’inside à ce sujet !

Quelle est la place des femmes dans les sports équestres ?

Danielle GOLDSTEIN : « Je suis extrêmement fière de participer au seul sport olympique où il y a une mixité totale au niveau des genres. A vrai dire, c’est même un réel élément de satisfaction pour moi et ce particulièrement lorsque je fais quelque chose de bien. Être la meilleure est toujours un sentiment extraordinaire, qu’importe qui est derrière moi mais évidemment, je suis encore plus fière lorsque je peux monter sur la première marche du podium devant deux hommes. Je suis plus petite et physiquement plus faible que la plupart des hommes et par conséquent pouvoir terminer en tête devant eux montre que je suis une cavalière talentueuse, ou du moins je l’espère !

Publicité

L’équitation est un sport qui demande beaucoup, non seulement physiquement mais également mentalement. Il y a bien plus de bas que de hauts et je pense qu’il est nécessaire d’avoir un certain type de personnalité et de caractère pour pouvoir faire face à toute cette pression. Je déteste stéréotyper, d’autant plus que je suis une femme, mais j’ai l’impression que les hommes ont tendance à être plus courageux de manière générale. Le saut d’obstacles requérant une certaine quantité de courage et de bravoure… peut-être que c’est pour cela que l’on voit plus d’hommes que de femmes au haut niveau. Ce n’est pas vraiment mon point de vue, mais j’entends souvent dire que les femmes préfèrent le dressage parce que c’est une discipline plus « sûre » et parce qu’elles trouvent le saut d’obstacles « effrayant ». Le dressage apparaît aussi comme un sport plus gracieux et je suppose que cela peut jouer un rôle quant à la part importante de femmes au haut niveau en dressage. Je tiens aussi à mettre l’accent sur un autre point qui est à mon avis souvent évité ou négligé par beaucoup : de nombreux sponsors de haut niveau sont des femmes  et elles peuvent davantage souhaiter que des hommes montent leurs chevaux. Je sais que cela semble sexiste mais je pense que c’est un fait et que cela jour un rôle important dans le fait qu’il y ait un pourcentage réduit de femmes au très haut niveau.

Charlotte DUJARDIN Valegro
Le dressage, à l’inverse du CSO, voit plutôt une domination féminine comme ici avec les multi-médaillés Charlotte DUJARDIN et Valegro © Scoopdyga / Pierre COSTABADIE

Il n’y a pas de doute sur l’idée qu’une femme doit faire face à plus de défis lorsqu’elle doit allier vie professionnelle et vie personnelle, cela s’applique au monde du cheval. Beaucoup de femmes dans le milieu équestre font le choix de ne pas devenir mères au profit du sport , ou bien elles sont au contraire forcées de mettre leur carrière entre parenthèses au moment d’avoir un enfant. Cependant je pense que c’est le cas pour tous les sports et tous les types de carrière, pas uniquement l’équitation.

Auparavant, je savais que mon sexe rendait mon équitation différente, je l’ai même utilisé des fois comme une excuse lorsque j’avais quelques problèmes de contrôle. Ceci étant dit, l’aspect physique du sport joue sans aucun doute un rôle. Certains chevaux ont besoin de cavaliers qui ont plus de force alors que d’autres seront mieux avec une main plus douce. Je ne peux pas dire que le fait que je sois une femme rende le tout plus difficile, mais j’admets que cela affecte mes choix de chevaux.

Je ne pense pas qu’hommes et femmes montent différemment à cause de leur genre et l’idée que les femmes aient plus de « feeling » avec les chevaux me semblent fausse. Tout le monde monte de manière différente, j’ai vu des hommes monter avec moins de force que des femmes et avoir un ressenti incroyable sur leur cheval. La question de l’équitation est vraiment quelque chose d’individuel. Certaines personnes ressentiront de meilleures sensations sur un cheval que d’autres, mais cela n’a selon moi rien à voir avec le genre.

Ayant grandi aux Etats-Unis, beaucoup de personnes disaient que l’équitation était un « sport de filles » et je dirais plutôt que c’est le contraire, que c’est un sport d’hommes. Je pense que les sports et carrières en lien avec les animaux ont tendance à attirer plus de femmes mais que dès que l’on touche au sport de haut niveau, il est clair que les hommes dominent. Il suffit de prendre la finale des championnats d’Europe de cette année pour s’en rendre compte : j’étais la seule femme dans le top douze ! A l’inverse, ce qui peut paraître amusant, c’est que l’équipe ayant gagné la Coupe des Nations de Dublin était uniquement composée de femmes, mais je ne me suis pas arrêtée sur ce point ! J’ai juste pensé que c’était une équipe très forte. J’ai été tellement désensibilisée à cette mixité de genre dans le sport qu’il ne m’est pas venu à l’esprit que cela pouvait être quelque chose d’anormal et d’inhabituel. Maintenant que j’y pense j’en suis très fière. Nous concourons contre les hommes de façon égale, nous avons autant de chances qu’eux !

équipe américaine CSIO 5* Dubin
L’équipe américaine 100% féminine composée de Laura KRAUT, Lilie KEENAN, Lauren HOUGH et Beezie MADDEN, vainqueur de la Coupe des Nations du CSIO 5* de Dublin en 2017

Il me semble également important de rappeler que cette mixité de genre ne s’applique pas uniquement à nous mais aussi à nos montures qui s’affrontent de la même façon. Étalons, hongres, juments, hommes, femmes, nous faisons tous partie d’un ensemble unique et il n’y a clairement pas une catégorie qui se distingue du reste. Nous sommes tous capables de gagner au plus haut niveau. Je pense que cela en dit long sur les femmes et sur le fait que nous puissions et que nous soyons à la hauteur des hommes. J’espère que nous pourrons ouvrir la voie vers une mixité de genre pour davantage de sports. »

Danielle GOLDSTEIN
Danielle GOLDSTEIN, meilleure cavalière des derniers Championnats d’Europe © Scoopdyga / Pierre COSTABADIE

Emily MOFFITT : « Il n’y a pour moi aucune différence, que mon adversaire soit un homme ou une femme. Si je suis assez forte pour remporter une épreuve, c’est quelque chose de génial. J’essaie de me concentrer sur ce que je peux faire de bien et réaliser cela au mieux plutôt que de me focaliser sur ce que les autres font. En revanche, je pense que quiconque dit et pense que l’équitation est un « sport de filles » devrait jeter un coup d’œil au top dix mondial et se demander pourquoi il n’y a que des hommes. Hommes et femmes apprécient ce sport et je pense qu’il n’y a que ça à retenir !

Même si l’on voit plus d’hommes que de femmes au haut niveau, je ne pense pas qu’il y ait une raison spécifique. De manière générale, il me semble qu’il y a plus d’hommes que de femmes qui concourent et ce tous niveaux confondus. Certains de mes cavaliers favoris sont des cavalières telles que Beezie MADDEN ou Pénélope LEPRÉVOST. On a l’impression qu’il y a proportionnellement plus de femmes au haut niveau en dressage qu’en saut d’obstacles, cependant je ne pense pas qu’il y ait de véritable raison derrière ces statistiques. Peut-être que cette différence est due au fait qu’il y a plus de sensations et de frénésie dans le saut d’obstacles et que les hommes préfèrent cela ? Mais c’est d’ailleurs pour cet aspect là que je pratique cette discipline : il y a une certaine montée d’adrénaline lorsque vous franchissez les obstacles ! Je n’ai jamais tenté de faire du dressage pur donc je m’y connais peu dans cette discipline !

Beezie MADDEN JEM Caen
La grande championne Beezie MADDEN est l’exemple de nombreuses cavalières… Et cavaliers ! © Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE

Une femme doit faire des choix dans la vie, cela ne s’applique pas uniquement à l’équitation. Il s’agit de notre choix personnel lorsque l’on décide de s’impliquer dans quelque chose autre que monter à cheval. Si je décide de m’en tenir uniquement au sport, cela me conviendra, il n’y a pas de problème. Si une personne fait le choix de se marier et d’avoir des enfants, il n’y aura pas de problème non plus. Je ne pense pas qu’il faille voir cela comme étant un inconvénient parce que nous souhaitons avoir une vie personnelle en plus de notre carrière.

Je n’ai pas ressenti de difficultés dans ma carrière sportive uniquement parce que je suis une femme. A mon avis, hommes et femmes sont traités de manière égale dans ce sport et personne ne se dit « oh elle a remporté cette épreuve parce qu’elle est une femme ». Les vainqueurs méritent de gagner parce qu’ils sont les meilleurs cavaliers à ce moment précis.

Je dirais cependant que les femmes aiment leurs chevaux différemment. Bien sûr, je ne veux pas dire que les hommes n’aiment pas leurs chevaux, il n’y a aucun doute sur ce point, mais il est possible que les femmes aient une connexion différente avec leurs chevaux. Lorsque je regarde les miens, je ne les vois pas comme de simples outils de travail, je les remercie de me permettre de faire quelque chose que j’adore. De façon générale, les femmes ressentent différentes choses et ont des émotions distinctes de celles des hommes dans leur vie, donc pourquoi ne serait-il pas possible de transposer cela dans l’équitation ?

Il est assez rare de voir des équipes de Coupes des Nations ou bien de championnats composées uniquement de femmes. Je pense que cette rareté est tout simplement due au fait qu’il n’y a pas autant de femmes que d’hommes au haut niveau. La victoire dans la Coupe des Nations de Dublin d’une équipe totalement féminine devrait suffire à prouver que nous pouvons faire bouger le sport. Hommes et femmes peuvent gagner tout ce qu’ils veulent du moment qu’ils y mettent du leur.

A mon avis, il ne serait pas très juste qu’hommes et femmes soient en compétition les uns contre les autres dans d’autres sports. Je pense qu’ils ne le font pas pour une raison. Les hommes sont tout simplement plus forts physiquement plus forts que les femmes et je pense que c’est physiologique, qu’ils sont construits de cette façon. Cependant l’équitation n’est pas un sport qui se base nécessairement sur la force. Je pense d’ailleurs qu’il est génial que notre sport soit en ce sens spécial et différent. »

Emily MOFFITT 
Emily MOFFITT © Scoopdyga.com / Pierre COSTABADIE

Propos recueillis par Marie-Juliette MICHEL.

Publicité