L’Italie impressionne. En moins d’un mois, l’équipe pilotée par le chef d’équipe Alberto ARIOLDI a remporté deux Coupes des Nations première division : Rome à domicile, puis Saint Gall une semaine plus tard avec de nouveaux couples. Rien ne semble non plus résister aux cavaliers de la botte de l’Europe qui raflent tout en individuel. Une montée en puissance impressionnante à moins de dix semaines des Championnats d’Europe de Göteborg.

L’Italie, tout droit vers le titre de Champion d’Europe ?

Hervé GODIGNON : « Sur le principe, je ne vois pas pourquoi l’Italie n’aurait pas sa chance durant les Championnats d’Europe, donc oui cette nation peut tout à fait terminer sur la plus haute marche du podium. L’Italie est en ce moment très en forme et comporte de très bons cavaliers. Certains travaillent avec de grandes écuries (Écuries Tops et Stephex, ndlr) et possèdent une très bonne qualité de chevaux. Après je ne suis pas à l’intérieur de cette équipe et ne connais toutes les forces en présence ni leurs stratégies. Une performance dans un championnat, c’est avant tout le fruit d’un travail. Aujourd’hui, il y a des cavaliers qui sont très performants en individuel. Est-ce qu’ils vont gérer la saison par rapport à leur programme propre où ont-ils déjà établi un programme d’équipe ? Vont-ils préserver leurs meilleurs chevaux pour cette échéance ? Ces éléments, nous ne les connaissons pas encore donc il est difficile de se positionner clairement. En revanche, sur les plans qualitatifs il n’y a pas de raison, ils font partie des bonnes équipes qui sont véritablement en forme et renforcées ces temps-ci.
Cela fait très longtemps que l’Italie n’est pas montée sur un podium, ils peuvent de ce fait avoir un peu de pression. Ce paramètre est bien évidemment à prendre en compte. Nous pouvons rappeler les JO de Londres avec la France qui avait une équipe solide, mais au final, il n’y a pas eu de résultat. Mais aujourd’hui les portes sont ouvertes à tout le monde. Dans un Grand Prix, il y a cinquante partants au départ, je ne veux pas dire que les cinquante peuvent gagner, mais enfin presque. Il y a des surprises, comme à Versailles avec la jeune cavalière Japonaise (Karen POLLE, troisième du Grand Prix, ndlr) ou encore à la Baule avec le Brésilien (Pedro JUNQUEIRA MUYLAERT, vainqueur du Grand Prix, ndlr), qui viennent bousculer la hiérarchie. Il est de plus en plus difficile de faire des pronostics. Il faut également voir les équipes des autres nations qui iront aux Championnats d’Europe. »

Publicité

Jean-Maurice BONNEAU : « Il est vrai que l’équipe d’Italie montre de très bonnes choses ces dernières semaines. Elle sera surement dans les favoris.  Il s’agit néanmoins d’une équipe jeune, mais qui possède un nombre important de couples, ce qui est très encourageant. Ils remportent la Coupe des Nations de Rome et de Saint-Gall avec quand même huit chevaux et sept cavaliers différents, ce qui est vraiment intéressant. De plus, il y a encore des cavaliers qui n’ont pas été alignés comme Emanuel GAUDIANO. Cela veut dire qu’il y a un réservoir d’au moins huit cavaliers qui peuvent être préparés en vue d’une sélection pour les championnats d’Europe.
Et puis, il y a des chevaux qui ont participé aux JO de Rio et qui participeront aux Championnats d’Europe. On sait que certains d’entre eux ont du mal à revenir après une telle échéance. Cela laisse donc de la place pour l’Italie qui n’avait pas d’équipe au Brésil en août dernier. Les Championnats d’Europe sont vraiment intéressants aussi pour tester de nouveaux couples. C’est ce que j’appelle moi les « Championnats Laboratoires » où il s’agit d’une opportunité pour les sélectionneurs de renouveler l’équipe et les tester en vue des Championnats du Monde de l’an prochain. Si l’on veut élargir le groupe, c’est véritablement l’année où l’on peut le faire. Le chef d’équipe a visiblement fait les bons choix jusqu’à présent. Donc oui l’Italie Championne d’Europe reste envisageable. »

Lorenzo DE LUCA : « Nous sommes évidemment très motivés pour ce titre, mais cela reste un championnat, ce qui est différent d’une Coupe des Nations. Bien sûr, nous essaierons de faire de bons championnats d’Europe et nous pensons déjà aux mondiaux (en 2018 à Tryon) à vrai dire. Nous devons toujours se qualifier pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, ce qui est en fait l’objectif principal pour le moment. Mais évidemment nous voulons faire de très bons championnats fin août maintenant que nous avons de bons chevaux et un bon réservoir de cavaliers. Je pense que c’est déjà bien de réaliser de bons championnats d’Europe, seul l’avenir nous dira si nous serons en haut du podium ! »

Au mois prochain pour la « Question du mois » !

Propos recueillis par Raphaël GARBOUJ et Charlotte MARICHAL.

Publicité