Si l’on connaît tous les concours « classiques » se déroulant pendant un week-end, les plus grands cavaliers s’affrontent également sur des compétitions qui s’étalent sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, et qui se sont développés avec le temps : les circuits. Entre Oliva Nova en Espagne, Arezzo en Italie, Knokke en Belgique, il y a le choix en Europe. Cependant, deux cavaliers européens, Marie HÉCART et Darragh KENNY se sont eux installés aux États-Unis l’hiver et participent au Winter Equestrian Festival à Wellington en Floride depuis de longues années. Rencontre pour « La question du mois ».

Pourquoi le Winter Equestrian Festival ?

Publicité

Marie HÉCART : « Cela fait dix ans que je viens au Winter Equestrian Festival chaque hiver. Je suis d’abord venue travailler pour Éric LAMAZE (CAN), et depuis six ans j’ai mon business ici et mes élèves qui viennent aussi tous les hivers. Si je viens en Floride c’est d’ailleurs parce que mes élèves sont ici, et cela me permet aussi de commercialiser mes chevaux et de les monter dans des épreuves internationales, du CSI 2* au CSI 5*.

Les concours américains sont différents, il n’y a pas l’équivalent en Europe. Ici il y a environ quinze pistes de concours : entre l’équitation hunter et le  saut d’obstacles, c’est immense. Mais d’un autre côté c’est forcément moins convivial parce qu’il y a énormément de chevaux et de cavaliers par exemple. Les circuits comme celui-ci ont des avantages et des inconvénients. C’est formidable pour former des chevaux et leur permettre de prendre du métier. En revanche, pour des chevaux qui ont déjà de l’expérience, c’est moins bien, parce qu’il peuvent se lasser de toujours être au même endroit et de voir les mêmes obstacles par exemple. Heureusement, nous avons en Floride quelques concours extérieurs au Winter Equestrian Festival, ce qui permet de faire sortir les chevaux sur d’autres pistes. Il y a douze semaines de concours ici, donc il faut surtout faire un bon planning, c’est-à-dire bien choisir les compétitions auxquelles nous voulons participer pour que les chevaux restent en forme et soient performants. On ne peut pas sauter tous les week-ends.

Je n’ai pas vraiment d’objectif pour l’année 2017 pour l’instant. Myself de Brève (Quidam de Revel x Grand Veneur) va bien, elle recommence les concours et j’espère juste la garder en forme. Elle participe au Palm Beach Master cette semaine et ensuite on verra. J’ai aussi un formidable dix ans qui saut les 1.55m, et l’objectif est de lui donner de l’expérience et de l’emmener le plus haut possible. »

Darragh KENNY : « Cela fait maintenant huit ans que je viens ici. Si je viens, c’est parce que mes écuries sont aux Etats-Unis. J’aime aussi beaucoup ce concours, c’est un endroit agréable si l’on veut rester à un même emplacement pour une longue période. La compétition est d’ailleurs très bien organisée, et j’apprécie vraiment de venir ici, avec en plus des températures plutôt élevées et chaudes, contrairement au froid qu’il y a en ce moment en Europe.

J’aime ce concours parce que, comme je l’ai dit précédemment, j’aime rester au même endroit pendant assez longtemps. Il est évident que pour les chevaux il faut savoir prendre des pauses de temps en temps et ne pas les faire sauter toutes les semaines. Si d’un côté je pense que pour certains chevaux cela peut être très bien de ne pas bouger, pour d’autres ce n’est pas forcément le cas puisqu’ils pourront un peu s’ennuyer. Mais au final, il suffit juste de connaître son cheval. L’objectif ici est de préparer les chevaux pour la semaine du CSI 5*, aux épreuves aux plus grosses dotations. Vous engagez le cheval dans une épreuve où vous estimez qu’il donnera le meilleur de lui-même, où il sera le plus performant en fait. Il est aussi tout à fait possible de faire progresser un cheval très rapidement ici. Donc vous savez, si vous avez un jeune cheval ou bien un cheval un peu vert, et que vous souhaitez faire un championnat ou de plus grosses épreuves pendant l’été, ce circuit est un endroit idéal pour apprendre à le connaître et qu’il prenne de l’expérience en peu de temps. J’ai plutôt amené des jeunes chevaux et des chevaux inexpérimentés cette années, qui ont besoin de beaucoup sauter. L’objectif est vraiment de leur permettre d’acquérir de l’expérience en concours pour ce circuit.

Je retournerai en Europe cette année. Je souhaite vraiment participer aux championnats d’Europe (qui se dérouleront à Göteborg en Suède cette année, ndlr.), et c’est mon objectif principal pour 2017. »

Au mois prochain pour la « Question du mois » !

Propos recueillis par Marie-Juliette MICHEL.

Publicité