Zurich mise haut pour une fin en beauté !

Dès vendredi, le CSI-W 5* de Zurich ouvrira ses portes pour la douzième étape du circuit Coupe du Monde 2017/2018. Cette trentième édition du concours suisse aura une saveur bien particulière puisqu’il s’agira de la toute dernière édition de cet événement. Débuté en 1988, c’est après le Grand Prix que l’organisation du concours devra définitivement rendre les clés de la Hallenstadion.

Le sélectionneur de l’équipe Suisse, Andy KISTLER, n’a pas caché sa tristesse lorsqu’il a appris la nouvelle : « C’est triste mais c’est malheureusement vrai. Ce qui a débuté en 1988 se terminera avec la trentième édition 2018. Mais quoi qu’il en soit, le dernier CSI 5*-W de Zurich sera une fois encore un formidable événement : à nous d’en faire une fête qui restera dans nos mémoires. J’adresse un tout grand merci à toute l’équipe du concours pour ces magnifiques années. Un grand merci également au comité organisateur du CSI actuel avec le soutien de tous les officiels et des nombreux bénévoles ainsi que des magnifiques et généreux sponsors. Le CSI de Zurich nous manquera beaucoup ! À Bâle, les Suisses ont brillé. Et je sais qu’ils mettront tout en œuvre pour profiter de la dernière possibilité offerte d’inscrire leurs noms sur les listes des vainqueurs de Zurich.« 

Publicité

L’année passée, l’Espagne s’était emparée du Grand Prix dominical avec la victoire d’Eduardo ALVAREZ AZNAR et sa monture de tête, Rokfeller de Pleville Bois Margot. L’Autrichien Max KUHNER et Cornet Kalua, le cheval qu’il a fait naître, s’emparaient de la deuxième marche du podium. Le couple qui terminait le week-end dernier à la deuxième place du Grand Prix de Leipzig (à lire ici), Carlos LOPEZ et Admara, s’emparait de la médaille de bronze. Cette année encore les trois pilotes viendront défendre leurs couleurs en terre suisse. Cette douzième étape du circuit indoor sera également l’occasion de voir évoluer Chacon 2, la monture de Ludger BEERBAUM, avec Philipp WEISHAUPT. Le Kaiser ayant lourdement chuté avec ce fils de Chacco-Blue lors de l’étape Coupe du Monde de Malines (à lire ici), doit en effet observer une période de convalescence.

Cette année, dix-sept nations sont attendues. Les locaux auront à cœur de briller devant leur public, comme l’avait fait Martin FUCHS en s’imposant au CSI 5* de Bâle, qui marquait le premier grand rendez-vous de l’année. Du côté des tricolores, trois pilotes feront le déplacement. Kévin STAUT, déjà qualifié pour la finale de Paris Bercy et leader du circuit hivernal sera accompagné de Simon DELESTRE et de Pénélope LEPREVOST.

Les engagés
Programme, départs et résultats
Direct vidéo

Le CSI de Zurich l’an passé © Mercedes-Benz CSI Zurich

A ne pas manquer !

  • Vendredi 26 janvier : Jump & Drive (17h45) et Longines Grand Prix (19h30)
  • Dimanche 28 janvier : FEI World Cup Grand Prix (14h30)

Troisième semaine au WEF

Pour la troisième semaine de compétition à Wellington, le Winter Equestrian Festival propose un CSI 3*. Le niveau monte d’un cran puisque les deux dernières semaines proposaient un CSI 2*. La mythique Challenge Cup se déroulera jeudi à 12h (heure locale). Le deuxième point d’orgue de cet événement sera marqué par le Grand Prix programmé lui samedi à 19h (heure locale).

Programme, départs, résultats


Nouvelle vie pour Jessica SPRINGSTEEN

Jessica SPRINGSTEEN débute l’année 2018 avec de nouvelles ambitions. La fille du célèbre chanteur Bruce SPRINGSTEEN a en effet décidé de s’investir davantage dans le sport par ses propres moyens. Jusqu’à présent épaulé par ses parents, Jessica SPRINGSTEEN démange et s’installe à Wellington dans les écuries Rushy Marsh. Monica et Frank McCOURT, les propriétaires des lieux, lui ont déjà confié RMF Zecilie (à lire ici) en plus de RMF Swinny du Parc et Volage du Val Henry. Après s’être d’abord entourée de Nick SKELTON et de sa compagne Laura KRAUT, la jeune américaine s’entraînait ces dernières années aux côtés d’Edwina TOPS-ALEXANDER et Jan TOPS. Comme elle le confie au média Noelle Floyd, Jessica SPRINGSTEEN s’avère ravie de cette nouvelle aventure et remercie les grands cavaliers qui l’ont épaulée.

Publicité