Alexis DEROUBAIX est devenu, depuis la parution des Jumpfax Series, le meilleur cavalier de CSI 2* au monde grâce à sa très bonne saison internationale. En avril dernier, le normand se payait même le luxe de signer la double victoire dans les Grands Prix 1.45m de Saint-Lô, juste après celui du Mans, ce qui lui a permis de remporter la surprime prévue à cet effet. Depuis, le cavalier du Haras du Plessis ne cesse de gravir les échelons et concoure désormais régulièrement à l’étranger au niveau CSI 3* et 4*. Nous avons rencontré le cavalier au futur prometteur lors du CSI 2* du Mans, et c’est avec une grande simplicité qu’il a répondu à nos questions :

pouvez-vous nous parler de VOTRE DOUBLE victoire à Saint-Lô avec Timon d’Aure ?

« C’était une bonne reprise à l’extérieur en début de saison, et le CSI 2* était bien doté. Le niveau était inférieur aux parcours que j’ai l’habitude de faire sauter à Timon, mais le plateau de cavaliers compensait. Timon d’Aure s’est très bien comporté et a été très régulier durant les quinze jours de compétitions. Comme d’habitude, il est toujours très performant. »

Publicité

Grâce à vos bonnes performances, Philippe Guerdat vous a ouvert la porte DES CSI 3* et 4* à l’étranger. Comment votre système évolue T’IL avec ces nouvelles opportunités ?

« Le fait d’avoir de bonnes performances ouvre évidemment des portes : Coupes des Nations de seconde division, ou plus récemment des concours internationaux à l’étranger. Il faut être réaliste, faire de bonnes performances sur du CSI 2* ne permet pas d’atteindre tout de suite les CSI 5*, mais nous y travaillons. »

VOS PROPRIÉTAIRES vous permettront-t-il de continuer à évoluer ou êtes-vous forcé à vendre vos meilleurs chevaux pour pérenniser votre structure ?

« Nous avons des objectifs sportifs assumés, mais nous devons aussi être productifs, les hongres sont plus généralement voués au commerce. D’une manière générale, une grosse offre ne se refuse pas. »

Vous avez récemment accueilli Dark Lady du Val de Geer dans vos écuries, parlez nous de cette jument ?

« C’est une bonne nouvelle. Pénélope LEPREVOST a souhaité me la confier dans un but avant tout sportif. Je pense que la jument a la capacité de nous emmener au plus haut niveau. C’est une question de réglages, je ne l’ai que depuis peu de temps. En fait, c’est notre troisième tour ensemble au CSI du Mans. Nous serons au Meeting d’Automne de Saint-Lô, nous essaierons évidemment de bien faire dans nos premières épreuves ranking. »

Pour clore cet entretien, nous lui avons parlé des championnats du Monde de Tryon qui se dérouleront dans un an, en lui demandant si cette idée trottait dans un coin de sa tête : « Tryon… Non, c’est trop tôt, les portes ne sont pas encore ouvertes ! »

Propos recueillis par Jean-Baptiste ORGEBIN.

Publicité